Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Guerre économique : l'OMC a-t-elle encore une marge de manœuvre ?

En savoir plus

L’invité du jour

Gérard Mourou : "Le Nobel de physique a changé ma vie"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget italien : les investisseurs dans l'attente de la décision de Bruxelles

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Thanksgiving, Donald Trump, et ses petites dindes"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des militantes féministes torturées dans les prisons saoudiennes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : des dizaines de migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ivanka Trump hors-la-loi ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

FRANCE

Affaire Benalla : Collomb réforme les conditions d'accueil des observateurs dans la police

© Bertrand Guay, AFP | Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, en juillet 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2018

Les observateurs au sein des forces de police devront désormais porter un signe distinctif et signer une convention accompagnée d'une charte, a annoncé vendredi Gérard Collomb, qui s'inspire d'un rapport de l'IGPN.

Conséquences directes de l'affaire Benalla : les futurs observateurs immergés dans les services de police et gendarmerie devront désormais porter un "signe distinctif", a déclaré, vendredi 27 juillet, Gérard Collomb. Autre nouveauté : leurs conditions d'accueil fera également l'objet d'une convention et d'une charte.

Le ministre de l'Intérieur reprend ainsi les préconisations listées dans le rapport de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) commandé au lendemain de la diffusion d'une vidéo montrant l'ex-conseiller de l'Elysée Alexandre Benalla frapper des manifestants le 1er mai à Paris. Concernant les faits du 1er-Mai, l'IGPN souligne le rôle d'Alexandre Benalla et Vincent Crase, mais aussi du chef d'état-major adjoint Laurent Simonin qui a organisé la venue de l'ex-chargé de mission.

"Personnage de première importance"

"Il apparaît certain que Laurent Simonin n'a pas évoqué avec son directeur la présence de M. Benalla sur le dispositif", résume l'IGPN, excluant par là que le directeur de l'ordre public et de la circulation Alain Gibelin eût été mis au
courant.  "La police des polices" justifie la non-intervention du major de police désigné pour accompagner Alexandre Benalla : "Bien qu'embarrassé par la
tournure que prenaient les choses, il ne concevait pas, compte tenu de son grade, faire la moindre observation à celui qui était, à ses yeux, un personnage de première importance".

Concernant la question d'un éventuel port d'arme par Alexandre Benalla, l'IGPN estime que "ni les vidéos, ni les déclarations des principaux acteurs policiers ne permettent de le détecter" et s'en remet aux conclusions de l'enquête judiciaire.

Instruction aux préfets la semaine prochaine

À l'issue de cet incident qui "illustre la nécessité de formaliser dans une note cadre les grands principes qui doivent présider à l'accueil d'observateurs", l'IGPN propose d'élaborer une "convention-type adaptable" et une "charte générale de
l'observateur".

Le rapport souligne par ailleurs que l'accueil d'observateurs n'avait jusqu'à présent jamais fait l'objet d'une instruction générale, mais relevait principalement de "quelques principes non-écrits, de bon sens". La police des polices défend le principe de "l'ouverture des services de police et de gendarmerie au monde extérieur", tout en reconnaissant que cet accueil a "connu une montée en puissance progressive sans que cette évolution ne s'accompagne de l'élaboration d'un cadre".

"Le ministre prendra dès le début de la semaine prochaine une instruction aux préfets et aux directeurs généraux afin de mettre en oeuvre ces préconisations", a précisé la place Beauvau dans un communiqué.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 27/07/2018

  • FRANCE

    Benalla au Monde : "On a essayé (…) de me "tuer", et c'était l'opportunité d'atteindre le président"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le bureau d'Alexandre Benalla à l'Élysée perquisitionné

    En savoir plus

  • FRANCE

    Fadaises, trahison… les explications du président Macron sur l’affaire Benalla

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)