Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Affaire Khashoggi: le début de la fin pour MBS?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

Découvertes

Universal a fait retirer des vidéos de fans chantant Prince pour "violation des droits d'auteur"

© Michael Ochs Archives/Getty Images | Prince lors d'un concert en 1985.

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 27/07/2018

Le label du chanteur a fait supprimer des réseaux sociaux les images de fans lui rendant hommage dans les rues de Minneapolis, au nom de la propriété intellectuelle.

Le 21 avril 2016, le chanteur Prince décède des suites d'une overdose d'opïoides dans ses studios de Minneapolis. Quelques heures après l'annonce de sa mort, une foule de fans est allée chanter le célèbre tube de l'artiste "Purple Rain" dans les rues de la ville du Minnesota.

VOIR AUSSI : Prince, retour en images sur la carrière d'une bête de scène

Aaron Levinsky, journaliste à StarTribune, est allé filmer la scène ce soir-là, puis a publié la vidéo sur le site de son média. Un bel hommage qui n'a cependant pas du tout plu à Universal Music, le label de Prince.

Selon le journaliste, l'entreprise aurait fait supprimer des réseaux sociaux les vidéos de ce moment pour "atteinte au droit d'auteur". Selon le label, cela violerait le Digital Millennium Copyright Act of 1998 (DMCA), équivalent américain de l'EUCD.

Le DCMA a normalement pour but de lutter contre les violations des droits d'auteur, et limiter le partage de fichiers peer-to-peer en ligne, notamment sur des sites comme Napster. En bref, protéger la propriété intellectuelle à l'ère du numérique. Étrange, donc, qu'Universal prenne cette décision sachant qu'il ne s'agit que d'un chant de foule improvisé, mais aussi que Twitter ait respecté le choix du label. 

Comme le précise City Pages, un journal de Minneapolis, les créateurs de ce contenu (dont Aaron Levinsky) ayant vu leur vidéo disparaître pourront se battre en justice contre cette décision, en invoquant le "fair use". En effet, la diffusion de ces images servait l'intérêt public, et il ne s'agissait que d'un court extrait du morceau. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 27/07/2018