Accéder au contenu principal

Des vers restés congelés pendant 42 000 ans dans le permafrost sibérien sont revenus à la vie

Science Photo Library / Getty Images

En Sibérie, deux vers retrouvés congelés en 2015 ont ressuscité après des dizaines de milliers d'années passées dans le permafrost.

PUBLICITÉ

Leur hibernation aura été un peu longue. Deux vers de la catégorie des nématodes sont revenus à la vie après avoir été congelés durant des dizaines de milliers d'années, ont rapporté des chercheurs russes et américains dans une étude publiée le 16 juillet.

VOIR AUSSI : Le permafrost, cette bombe à retardement sous l'Arctique

Les deux vers – deux femelles selon les scientifiques – proviennent de Sibérie, où ils ont été découverts en 2015. Ils faisaient partie d'un groupe de 300 lombrics, mais seuls ces deux-là ont été identifiés comme étant potentiellement viables, raconte le Siberian Times.

Conservés dans du permafrost, un sol qui a pour particularité d'être gelé, ils sont restés inactifs durant 32 000 ans pour l'un, et 41 700 ans environ pour l'autre. Après avoir été convenablement décongelés dans un laboratoire de la région de Moscou, les nématodes ont montré des signes de vie. Comme si rien ne s'était passé entre temps, ils se sont remis à bouger et manger tranquillement. 

Un état d'hibernation avancé

Pour les chercheurs, il s'agit d'une preuve importante que des organismes multicellulaires pouvaient survivre sur le long-terme dans le permafrost. Ce type de sol qui fond dangereusement au fil des années est régulièrement étudié, car on y retrouve encore de nombreuses espèces animales ou plantes. En 2012, des chercheurs avaient déjà réussi à faire repousser une plante restée 30 000 ans dans du permafrost.

Ces découvertes servent de base à des expériences, comme celle de la congélation (réussie) d'un petit tardigrade, retourné parmi les vivants et capable de nouveau de procréer après trente années de congélation en 2016. Lui, avait survécu grâce à un procédé utilisé par certaines créatures et appelé la cryptobiose. Il s'était mis dans un état d'hibernation, son métabolisme n'étant plus qu'à 0,01 % de ses capacités habituelles. C'est la même technique qu'auraient utilisé les deux vers, qui semble-t-il, détiennent le nouveau record des animaux vivants les plus vieux de la planète.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.