Accéder au contenu principal

Lafarge en Syrie : Laurent Fabius entendu comme témoin

Laurent Fabius a été entendu comme témoin le 20 juillet dans l'enquête sur des soupçons de financement du terrorisme visant Lafarge en Syrie
Laurent Fabius a été entendu comme témoin le 20 juillet dans l'enquête sur des soupçons de financement du terrorisme visant Lafarge en Syrie Joel Saget, AFP

L'ex-ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a été entendu comme témoin dans l'enquête sur des soupçons de financement du terrorisme visant Lafarge en Syrie. Il affirme ne pas avoir été mis au courant des activités du cimentier.

Publicité

Son audition était réclamée depuis octobre 2017 par l'ONG Sherpa, partie civile contre Lafarge. L'ancien chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a finalement été entendu comme témoin dans l'enquête sur des soupçons de financement du terrorisme visant le cimentier en Syrie, a appris lundi 30 juillet l'AFP de source proche du dossier.

Entendu le 20 juillet comme témoin par les juges d'instruction, le ministre socialiste des Affaires étrangères de 2012 à 2016, actuel président du Conseil constitutionnel, a fait valoir qu'"aucun élément d'information" ne lui était parvenu concernant le maintien en Syrie de la multinationale au prix d'arrangements financiers avec des groupes armés, dont l'organisation État islamique, selon son audition révélée par Le Monde et qu'a pu consulter l'AFP.

"Si la question est de déterminer si je savais ou non qu'il y avait une usine Lafarge en Syrie, je n'ai pas de souvenir précis", a déclaré le ministre lors de cette audition. "Je n'ai jamais été saisi d'une question concernant Lafarge, je suis catégorique", a-t-il martelé.

L'ONG Sherpa dubitative

Depuis plusieurs mois, l'enquête a soulevé des questions sur ce que savaient ou non les autorités au sommet de l'État sur les agissements de Lafarge, mise en examen fin juin comme personne morale pour "financement d'une entreprise terroriste" et "complicité de crimes contre l'humanité", des accusations rarissimes pour une entreprise française.

D'anciens responsables du cimentier ont affirmé que cette volonté de rester coûte que coûte dans le pays en guerre avait reçu l'aval des autorités françaises.

"Est-ce à dire qu'en France, un ministre des Affaires étrangères est volontairement tenu dans l'ignorance de questions aussi cruciales que le maintien d'une entreprise française dans un pays en guerre et en proie au terrorisme qui n'aura d'autre choix que de financer Daech pour maintenir son activité ?" a réagi auprès de l'AFP Me Marie Dosé, avocate de Sherpa.

À l'été 2013, alors que la diplomatie française s'activait avec l'administration du président américain Obama pour faire tomber Bachar al-Assad, Lafarge était alors la seule entreprise française encore présente en Syrie.

"Je n'en sais absolument rien"

L'ex-directeur général adjoint de Lafarge Christian Herrault avait affirmé devant les juges que l'ex-ambassadeur de France en Syrie, Éric Chevallier, avait encouragé la société "à tenir" et à maintenir l'activité, et ce lors de plusieurs rencontres au Quai d'Orsay ou d'entretiens téléphoniques, jusqu'à l'hiver 2013-2014, selon une source proche du dossier.

"Je n'en sais absolument rien, je n'ai pas été informé de ces réunions", a encore répondu l'ancien ministre.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.