Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Affaire Khashoggi: le début de la fin pour MBS?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

Découvertes

#JeSuisCute : elles lancent un hashtag contre le "slut-shaming", se font traiter de salopes

© @Juliie3x / Twitter

Texte par Perrine SIGNORET

Dernière modification : 30/07/2018

Sur le hashtag #JeSuisCute, les photos de femmes fières de leur corps ont rapidement laissé place aux insultes.

"Un rassemblement annuel de toutes les plus grosses salopes". "Juste un hashtag de putes". "Vous salissez l'image des femmes". "Bande de salopes". Sur Twitter, les femmes qui ont osé montrer leur corps ou leur visage pour lutter contre le harcèlement et le slut-shaming, c'est-à-dire le fait d'insulter et dégrader une femme en raison de ses pratiques sexuelles ou de ses vêtements jugés trop sexy, ont reçu des salves d'insultes. 

VOIR AUSSI : Les armes numériques de la nouvelle vague féministe

C'est la modèle Manny Koshka qui a lancé le hashtag. Celle qui réalise des vidéos qu'elle qualifie elle-même de "sexy" et poste régulièrement des photos de nus artistiques a été prise à parti, insultée et harcelée pour avoir montré son corps. "Ces vieux mecs (tellement civilisés) qui clashent les nanas qui s'exposent nues sur le Net... mais que tu retrouves dans tes [messages privés] (avec une photo de leur queue) et dans tes follow. Les gars on vous voit. Changez rien", a-t-elle commencé par écrire le 27 juillet.

Le lendemain, elle explique que face à "tout le bordel fait pour une nana qui s'expose en lingerie", elle aurait presque envie de lancer le hashtag "#JeSuisCute" – #JeSuisMignonne en français. Objectif : "Noyer la police des moeurs Twitter nauséabonde sous des tas de [nus / photos en sous-vêtements] de nanas qui s'en branlent de leur avis".

"Arrêtez de sexualiser la nudité"

Le hashtag a rapidement pris de l'ampleur. Par dizaines, des femmes ont posté des photos d'elles, parfois dénudées, parfois habillées, avec ce même mot-clé.

"Arrêtez de sexualiser la nudité", écrivent-elles. "Chacun se doit de pouvoir user de son corps comme bon lui semble".

Certains et certaines qui ne semblent pas tout à fait avoir saisi le but du hashtag se sont empressés d'insulter les femmes ayant posté des photos, les accusant de vouloir chercher l'attention à n'importe quel prix, de ne pas avoir de valeurs, ou de ne faire cela que pour attirer des hommes. Une belle illustration du slut-shaming qui devait être dénoncé, en somme.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 30/07/2018