Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Affaire Khashoggi: le début de la fin pour MBS?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

Découvertes

Une mosaïque spectaculaire vieille de 1 700 ans découverte en parfait état en Israël

© Niki Davidoff/IAA

Texte par France 24 Découvertes

Dernière modification : 31/07/2018

L’œuvre d’art, trouvée par des archéologues dans des ruines, ornait dans l'Antiquité tardive la salle de réception d'une villa de Lod.

Une mosaïque au sol magnifique a été exhumée des ruines d’une villa, dans la ville de Lod, en Israël. Elle serait vieille de 1 700 ans et aurait appartenu à une personne "extraordinairement" riche, selon le quotidien national Haaretz.

VOIR AUSSI : La sécheresse a permis de découvrir de nouveaux sites archéologiques au Royaume-Uni et en Irlande

La villa comportait une salle de réception "large et luxuriante", équipé d’une table et de lits de banquets, ainsi qu’une cour intérieure avec des colonnes et un système hydraulique. Selon les archéologues de l'Autorité des antiquités d'Israël, la maison a survécu sous différentes formes depuis le Ier siècle de notre ère jusqu'à la fin de la domination romaine dans la région, vers la fin du IIIe siècle.

La ville était décorée de trois mosaïques. Celle de la salle de réception a été particulièrement bien conservée et les archéologues en charge des fouilles ont pu la nettoyer et faire apparaître les frasques qui la composent. On y voit des poissons, mais aucun indice du propriétaire de la villa ou du commanditaire de ces mosaïques.

À qui ont-elles bien pu appartenir ? Une première théorie souligne l'importance du poisson dans la tradition biblique. La maison aurait ainsi pu appartenir à l'un des "premiers" chrétiens. Mais aucun autre symbole caractéristique du christianisme n'a été découvert dans la maison. La seconde théorie concerne une famille de juifs, qui aurait choisi de faire dépeindre ces animaux pour éviter de peindre des humains, à cause de la prohibition religieuse.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 31/07/2018