Accéder au contenu principal
RD CONGO

RD Congo : Jean-Pierre Bemba de retour pour être candidat à la présidentielle

Jean-Pierre Bemba discute avec des proches à son arrrivée à l'aéroport international de Ndjili, à Kinshasa, le 1er août 2018.
Jean-Pierre Bemba discute avec des proches à son arrrivée à l'aéroport international de Ndjili, à Kinshasa, le 1er août 2018. Thomas Nicolon, France 24.
3 mn

Au terme d'une décennie en détention à La Haye, le chef de file de l'opposition de la République démocratique du Congo, Jean-Pierre Bemba, a regagné mercredi son pays, où il veut déposer sa candidature à la présidentielle prévue en décembre.

Publicité

Onze ans d'absence. Le chef de file de l'opposition et ancien chef de guerre Jean-Pierre Bemba a regagné, mercredi 1er août, la République démocratique du Congo, où il entend être candidat à l'élection présidentielle.

Il a atterri à l'aéroport N'djili de la capitale Kinshasa, où il a été accueilli par des milliers de partisans.

>> À lire : L'opposition exige une présidentielle sans Kabila

Âgé de 55 ans, Jean-Pierre Bemba, ex-chef rebelle puis vice-président de la RDC, avait quitté la République démocratique du Congo en 2007 et a passé les dix dernières années en détention à La Haye. Il a été condamné par la Cour pénale internationale (CPI) en juin 2016 à 18 ans de réclusion pour des crimes commis en République centrafricaine en 2002 et 2003 mais a été acquitté en appel.

"Les Congolais attendent ce moment depuis longtemps", a déclaré mercredi Toussaint Bodongo, l'un des 300 militants du MLC (Mouvement de libération du Congo, parti de Bemba) qui avaient attendu l'opposant à l'aéroport N'djili de Kinshasa. "Bemba apportera probablement la solution dont nous avons besoin au Congo", a-t-il ajouté.

Jean-Pierre Bemba rentre au pays dans l'intention de briguer la présidence, mais la coalition au pouvoir a déclaré vendredi dernier qu'il ne pouvait pas participer à l'élection présidentielle, prévue en décembre, à cause d'une affaire de subornation de témoins à La Haye.

>> À lire : La Corée du Sud met en garde contre la "machine à voter"

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.