Accéder au contenu principal

Zimbabwe : la Zanu-PF décroche la majorité absolue des sièges à l'Assemblée

Des partisans d'Emmerson Mnangagwa à Harare, le 28 juillet.
Des partisans d'Emmerson Mnangagwa à Harare, le 28 juillet. Jekesai Njikizana, AFP

Selon les résultats officiels publiés mercredi, la Zanu-PF, parti au pouvoir au Zimbabwe, a obtenu la majorité absolue à l'Assemblée lors des élections générales. Le nom du vainqueur de la présidentielle sera dévoilé en fin de semaine.

PUBLICITÉ

Le parti au pouvoir au Zimbabwe depuis 1980, la Zanu-PF, a obtenu la majorité absolue des sièges à l'Assemblée nationale, lors des élections législatives, les premières depuis la chute du président Robert Mugabe, selon des résultats officiels encore partiels publiés mercredi 1er août.

L'analyse de notre envoyée spéciale Caroline Dumay

>> À lire : Mugabe "ne peut pas voter" pour son ancien parti qui l'a exclu

Sur 153 circonscriptions dont les résultats ont été compilés, "la Zanu-PF obtient 110 sièges, tandis que le MDC (Mouvement pour le changement démocratique) obtient 41 sièges", a annoncé le groupe audiovisuel public ZBC, citant les résultats de la commission électorale. L'Assemblée nationale compte un total de 210 sièges. La Zanu-PF est donc d'ores et déjà assuré d'obtenir la majorité absolue à la chambre basse.

Aucun des partis n'a immédiatement réagi à ces résultats.

Les électeurs se sont déplacés en masse

Mais la veille, le MDC avait revendiqué la victoire aux élections générales organisées le 30 juillet.

"Nous avons reçu les résultats de nos agents (...). Les résultats montrent au-delà de tout doute raisonnable que nous avons gagné les élections et que le prochain président du Zimbabwe est Nelson Chamisa", le leader du MDC, avait déclaré un haut responsable du parti, Tendai Biti.

De son côté le président Emmerson Mnangagwa, patron de la Zanu-PF et candidat à la présidentielle, s'était dit confiant dans la victoire.

Les résultats de la présidentielle n'ont pas encore été annoncés. La ZEC a prévenu qu'ils pourraient n'être disponibles que vendredi ou samedi, suscitant les pires inquiétudes du MDC qui accuse la commission de vouloir truquer les résultats de la présidentielle.

>> À voir : Le prochain président devra relancer le pays

Les électeurs se sont déplacés en masse lundi pour les premières élections générales post-Mugabe.

Robert Mugabe, lâché par l'armée et son parti de la Zanu-PF, avait été contraint de démissionner en novembre après trente-sept ans au pouvoir.

>> À voir : Le Zimbabwe face à son héritage sanglant

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.