Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RDC, la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

Asie - pacifique

Google : un moteur de recherche conçu sur mesure pour la censure chinoise ?

© Li Xin, AFP | Irrité par des restrictions grandissantes et des cyber-attaques ciblant certains usagers chinois, Google avait retiré en 2010 son moteur de recherche de ce pays.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/08/2018

Absent en Chine depuis 2010, Google planche, selon des fuites internes, sur un moteur de recherche compatible avec la censure. L’ONG Amnesty international a appelé le géant californien à ne pas "placer les profits devant les droits de l'Homme".

Nom du projet : "Dragonfly" (libellule, en français). Objectif : élaborer une version du moteur de recherche Google adaptée aux exigences de censure de Pékin. Le site Web lanceur d’alerte The Intercept a révélé mercredi 1er août, sur la base de documents internes estampillés "Google confidentiel", l'existence de ce programme secret chez le géant californien. Un employé de Google a, par ailleurs, confirmé à l’AFP, sous couvert d'anonymat, que ce moteur de recherche "sur mesure", actuellement en phase test, était destiné au système d'exploitation Android pour smartphones en Chine.

La version du moteur de recherche destinée à la Chine a été spécialement modifiée pour filtrer les sites et les mots-clés interdits par le gouvernement chinois, a précisé à l'AFP la source interne, l'Internet y étant bâillonné par un système complexe de censure. Une "Grande muraille électronique" bloque les réseaux sociaux Facebook, Twitter et YouTube, Google et Gmail, ainsi que de nombreux médias occidentaux.

Selon The Intercept, des sites comme ceux de la BBC ou de Wikipedia n’apparaissent pas dans les recherches de la version Google testée pour la Chine de même que tous les sites Internet bannis par le régime communiste. Selon le site, des termes concernant les droits de l'Homme, la démocratie, la religion et les manifestations intègreront une liste noire. Le code du projet peut être consulté et testé sur le réseau informatique interne de Google, selon l’employé joint par l’AFP.

"Ce serait un jour noir pour la liberté du Web", alerte Amnesty

Un moteur de recherche adapté à la censure chinoise permettrait à Google de revenir en Chine, huit ans après sa disparition dans le pays. Face à la censure et aux cyberattaques, Google avait, en effet, retiré son moteur de recherche de Chine en 2010 et nombre de ses services restent depuis bloqués dans la deuxième économie mondiale.

La nouvelle a provoqué malaise et consternation chez nombre de salariés de Google : "Cela a suscité pas mal d'angoisse en interne. Certains sont furieux de ce qu'on est en train de faire", glisse cette même source.

Taj Meadows, porte-parole de Google en Asie, s'est refusé à réfuter ou confirmer l'existence du projet. "Nous proposons déjà nombre d'applications mobiles en Chine, comme Google Translate (traduction) ou FilesGo (transfert de documents) et avons réalisé des investissements significatifs avec des firmes chinoises comme JD.com", colosse de l'e-commerce, a indiqué Taj Meadows à l'AFP après les révélations de la presse américaine. "Mais nous ne commenterons pas des spéculations sur nos projets futurs", a-t-il insisté.

>> À lire sur Mashable FR : Facebook serait prêt à tout pour revenir en Chine, même coopérer avec la censure

Inquiète, l’ONG Amnesty International a appelé Google à ne pas accepter de tels compromis. "Ce serait un jour noir pour la liberté du Web si Google se soumettait aux règles extrêmes de la censure chinoise pour accéder à un marché" et "plaçait les profits devant les droits de l'Homme", a prévenu Patrick Poon, chercheur de l'ONG.

Quel est le degré d’avancement du projet ? Selon le New York Times, Google a fait une démonstration devant des responsables gouvernementaux chinois mais cela ne signifie aucunement un retour imminent du moteur de recherche dans le pays. "Le projet du moteur de recherche censuré n'est pas achevé", abonde le Wall Street Journal. Les informations suggérant ce retour de Google sur le marché chinois "ne sont pas conformes à la réalité", insistait de son côté, jeudi, le quotidien officiel chinois Zhengquan Ribao, citant "les autorités concernées".

Sept cents employés de Google en Chine

Les plateformes chinoises comme Weibo ou WeChat font l'objet d'une censure étroite, sommées d'auto-réguler leurs contenus jugés sensibles : voix critiques du régime, contenus religieux, scandales sanitaires, musique rap, dessins animés trop crus ou ragots sur des célébrités... Dans ce contexte, les groupes technologiques étrangers sont confrontés à un dilemme : faire des concessions au pouvoir ou renoncer à ce marché gigantesque.

Microsoft est ainsi présent en Chine avec son moteur de recherche Bing. Et si Google avait retiré en 2010 son moteur de recherche de l'Internet chinois, il n'a toutefois jamais réellement quitté la Chine. Le groupe californien, filiale d'Alphabet, a continué d'engranger des revenus publicitaires dans le pays, où il compte actuellement trois bureaux et plus de 700 employés.

Signe d’un réchauffement entre Pékin et le géant californien : le gouvernement a autorisé en 2017 l'accès de l'application Google Translate pour mobile, jusqu'alors bloquée. Google a en outre annoncé cet hiver l'ouverture d'un centre de recherche sur l'intelligence artificielle à Pékin, ainsi qu'un accord de coopération avec le mastodonte chinois de l'Internet Tencent.

Mais le malaise des employés pourrait compliquer la mise en place d'un moteur de recherche censuré. Récemment, une pétition demandant à Google de ne pas conclure un colossal contrat avec l'armée américaine avait réuni plus de 4 000 signatures de salariés – ils jugeaient cette collaboration contraire aux valeurs de l'entreprise, dont le slogan originel était : "Ne soyez pas malveillants".

Avec AFP

Première publication : 02/08/2018

  • CHINE

    Google fait son retour en Chine avec son application Translate

    En savoir plus

  • CHINE

    Chine : des données personnelles vendues pour quelques yuans sur le marché noir

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Apple retire les applications du New York Times de l’App Store chinois sur ordre de Pékin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)