Accéder au contenu principal

En Colombie, le président Santos et la guérilla passent à côté d'un cessez-le-feu

Le président colombien sortant, Juan Manuel Santos.
Le président colombien sortant, Juan Manuel Santos. AFP

Le gouvernement colombien sortant et la guérilla de l'ELN n'ont pas réussi à conclure un cessez-le-feu avant la fin du mandat du président Juan Manuel Santos, a annoncé mercredi ce dernier.

PUBLICITÉ

Il s'en est fallu de "très peu". Le président colombien sortant Juan Manuel Santos a annoncé que son gouvernement et la dernière guérilla de son pays n'avaient pas réussi à conclure un cessez-le-feu, coupant court à sa tentative d'obtenir une paix complète en Colombie.

"Il reste très peu (de points à négocier), 10 % je dirais, avant d'entamer un cessez-le-feu réel et vérifiable et de poursuivre avec l'ordre du jour" des négociations avec l'ELN, a déclaré mercredi le chef de l'État, qui doit passer le pouvoir le 7 août à Ivan Duque (droite), partisan d'une ligne dure avec les rebelles.

"Ce que l'on attend de savoir, c'est si le nouveau gouvernement va continuer, ce que j'espère", a ajouté le président sortant, qui a signé la paix fin 2016 avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), alors la principale guérilla du pays, devenues depuis un parti politique.

Impopularité de 80 %

L'accord a valu à ce président de centre droit le prix Nobel de la paix, mais aussi une impopularité de 80 % dans ce pays de 49 millions d'habitants, très divisé sur la question du conflit interne qui déchire la Colombie depuis plus d'un demi-siècle.

>> À voir, notre entretien avec Juan Manuel Santos : "Le processus de paix avec les Farc a fait l'objet de calomnies"

Dans la foulée du traité de paix avec les Farc, le gouvernement de Santos avait entamé en 2017 des négociations avec l'Armée de libération nationale (ELN) et ses 1 500 combattants.

Son objectif était de parvenir à une "paix complète" en Colombie, un pays où le conflit armé entre guérillas, paramilitaires, trafiquants de drogue et agents de l'État a fait 8 millions de victimes, entre ceux qui ont été tués, déplacés ou portés disparus.

Dossier délicat

Un cessez-le-feu avec l'ELN n'était pas forcément synonyme d'accord de paix avec cette guérilla, mais cela aurait mis le pays sur des rails, jugent les observateurs.

Selon le président Santos, la trêve n'a pu se concrétiser faute d'un accord sur les modalités de vérification par l'ONU.

Il laisse donc ce dossier délicat à son successeur, Ivan Duque, qui s'est engagé à modifier l'accord de paix signé en 2016 avec les Farc, permettant le désarmement de 7 000 combattants de cette ex-guérilla.

Il s'oppose notamment à ce que d'anciens guérilleros accusés de crimes graves participent à la vie politique sans passer préalablement par la prison.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.