Accéder au contenu principal

Importations chinoises : Washington envisage de porter à 25 % les taxes douanières

Un cargo chinois quitte le port de New York, le 9 avril 2018.
Un cargo chinois quitte le port de New York, le 9 avril 2018. Spencer Platt, AFP

Accusant Pékin de "pratiques déloyales" et de "vol de propriété intellectuelle", l'administration Trump envisage d'accroître à 25 % les taxes douanières sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises, contre 10 % actuellement.

Publicité

L'administration Trump hausse encore le ton contre la Chine. Le représentant américain au commerce (USTR), Robert Lighthizer, a annoncé, mercredi 1er août, que les États-Unis envisageaient de porter à 25 % les taxes douanières sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises.

"Cette semaine, le président (Donald Trump) m'a chargé de considérer la possibilité d'accroître les tarifs douaniers de 10 % à 25 % sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises", a-t-il annoncé dans un communiqué, confirmant une information du Washington Post.

"L'administration Trump continue d'exhorter la Chine à mettre un terme à ses pratiques déloyales, à ouvrir son marché et à s'engager dans un marché véritablement concurrentiel", a ajouté de son côté l'ambassadeur au commerce.

"Encourager la Chine à changer son comportement préjudiciable"

Le président américain, qui accuse également Pékin de "vol de propriété intellectuelle", exige du géant asiatique d'abandonner ces pratiques, de réduire le déficit commercial américain de 200 milliards de dollars et d'ouvrir davantage son marché aux biens américains.

"Au lieu de changer son comportement nuisible, la Chine a, de manière regrettable, pris des représailles contre les États-Unis, les travailleurs, les agriculteurs, les éleveurs et les entreprises", a ajouté Robert Lighthizer, en référence aux taxes chinoises sur 34 milliards de dollars de marchandises américaines.

>> Voir notre infographie : Guerre commerciale : Trump contre le reste du monde

Robert Lighthizer estime qu'accroître le niveau de ces taxes douanières est "une option supplémentaire pour encourager la Chine à changer sa politique et son comportement préjudiciables". Il ajoute que la période de consultation sur un possible accroissement du niveau des tarifs douaniers se terminera le 5 septembre, au lieu du 30 août initialement envisagé pour des taxes à hauteur de 10 %.

"Nous n'avons pas vu d'évolution pour s'attaquer à ces problèmes", avaient déploré plus tôt des responsables américains, soulignant que Donald Trump resterait ferme "pour obtenir des résultats".

"Le chantage et la pression ne fonctionneront jamais sur la Chine"

Dès mercredi, avant même l'annonce de Robert Lighthizer, le régime communiste avait prévenu se tenir prêt à adopter des représailles en cas de nouveau durcissement américain. "Le chantage et la pression ne fonctionneront jamais sur la Chine", avait martelé le porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang. "Si les États-Unis prennent des mesures intensifiant encore l'escalade, nous adopterons assurément des contre-mesures pour protéger résolument nos droits et intérêts légitimes."

"La position de la Chine est ferme et claire, et elle ne changera pas."

Interrogé sur le lien éventuel avec les critiques récentes de Donald Trump sur la dépréciation du yuan chinois, un responsable américain a par ailleurs répondu : "Je ne tirerai pas de conclusion sur le fait que l'annonce faite aujourd'hui soit liée à une pratique en particulier". Ce dernier a toutefois rappelé que Pékin s'était engagé en 2015 à ne pas dévaluer sa monnaie pour rendre ses produits plus compétitifs.

Depuis fin mars, Washington inflige des tarifs douaniers supplémentaires de 25 % sur l'acier et de 10 % sur l'aluminium chinois. Ils ont par ailleurs imposé, le 6 juillet, des surtaxes douanières sur 34 milliards de dollars d'importations chinoises. Pékin a de son côté répliqué en taxant le même montant d'importations en provenance des États-Unis.

Washington et Pékin avait observé une trêve fin mai en annonçant un "consensus" en vue de diminuer le déficit américain, mais les discussions ont finalement achoppé.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.