Accéder au contenu principal
Découvertes

Le poids des touristes met en péril la santé des "ânes de balade" d'une île grecque

Des ânes à Santorin.
Des ânes à Santorin. Education Images/Getty Images
3 mn

En Grèce, la santé des ânes utilisés pour les promenades est gravement mise en danger par le poids des touristes. Plusieurs associations élèvent la voix contre les conditions de vie de ces animaux.

Publicité

Les animaux sont bien souvent les premières victimes du tourisme de masse. En Asie, les éléphants utilisés pour les balades vivent bien souvent dans des conditions déplorables, tandis que les manchots d'Antarctique sont malmenés par certains visiteurs. La faune terrestre est mise à mal par les humains et les ânes des îles grecques ne sont malheureusement pas en reste. 

VOIR AUSSI : La Chine interdit à ses ressortissants qui vont faire du tourisme en Antarctique de toucher les manchots

Pour visiter Santorin,une île de la mer Égée, de nombreux touristes choisissent chaque année de grimper en haut des collines à dos d'ânes. Le problème, c'est que le surpoids de certains visteurs, notamment en provenance du Royaume-Uni, des États-Unis et de la Russie, est dangereux pour la santé des équidés. Plusieurs associations tirent la sonette d'alarme sur les dommages irréversibles causés aux animaux, comme le rapporte le Telegraph. Blessures à la colone vertébrale, stress et plaies ouvertes, le plaisir des touristes passe trop souvent par la souffrance des animaux.

The Donkey Sanctuary, une association caritative anglaise, a lancé une pétition afin d'obtenir une rencontre avec le gouvernement grec pour convenir de meilleures conditions de vie pour ces animaux. "Les mules et les ânes sont épuisés, ils passent de longues journées sous un soleil de plomb, en transportant des touristes ou des charges lourdes et nocives, avec peu ou pas d'eau, de nourriture ou d'ombre à leur disposition", peut-on lire dans la description du projet. 

Même discours du côté du groupe Facebook Help The Santorini Donkeys, puisqu'une porte-parole de la page a expliqué au Evening Standard que les bêtes "ne devraient pas porter quelque chose de plus de 20 % de leur poids". "Je pense qu'il est impossible d'appeler cet endroit un paradis sur Terre, tant que les gens continuent d'y maltraiter les animaux. Parfois, certains ânes sont empoisonnés à la fin de la saison lorsqu'ils ne sont plus utiles", précise la porte-parole. 

Une autre pétition, disponible sur le site change.org, demande l'arrêt de l'utilisation des animaux dans un but touristique. Elle a récolté plus de 74 000 signatures à l'heure où nous écrivons ces lignes.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.