Accéder au contenu principal

Brésil : Lula lancé dans la course à la présidentielle depuis sa cellule

Un partisan de Lula à Rio, le 28 juillet.
Un partisan de Lula à Rio, le 28 juillet. Mauro Pimentel, AFP

L’ancien président brésilien Lula a été intronisé samedi candidat pour la présidentielle d’octobre. Mais sa candidature a des chances d'être invalidée par la justice électorale, Lula purgeant actuellement une peine de prison.

PUBLICITÉ

En prison depuis avril, Luiz Inacio Lula da Silva a été intronisé officiellement samedi 4 août comme le candidat du Parti des Travailleurs (PT, gauche) à la présidentielle d'octobre au Brésil. La candidature de l'ancien président jette une ombre d'incertitude sur un des scrutins les plus imprévisibles de l'histoire récente du pays.

Condamné en appel à 12 ans de prison dans une affaire de corruption et incarcéré depuis avril, Lula est en tête des intentions de vote pour le scrutin d'octobre.

Ne pouvant se rendre à une convention organisée par le PT, qui officialisait son investiture, il s'est adressé à ses sympathisants par écrit.

"Notre démocratie est menacée"

"Aujourd'hui, notre démocratie est menacée (...) Ils veulent faire de l'élection présidentielle un jeu de cartes truqué, en excluant le nom de celui qui est en tête des intentions de vote dans tous les sondages", écrit-il dans une lettre.

Les partis brésiliens ont jusqu'à dimanche pour organiser des conventions afin de désigner leur candidat.

Les responsables du PT, dont la sénatrice Gleisi Hoffmann, qui dirige le parti, assurent qu'ils n'ont pas de plan B si Lula n'est pas autorisé à participer à l'élection présidentielle, ce qui est fort probable.

Une loi "casier vierge"

En vertu d'une loi baptisée "Ficha Limpa" (casier vierge), les candidats ayant été condamnés en appel pour corruption en sont exclus.

L'écologiste Marina Silva a été investi samedi par le REDE ("Réseau durable", centre-gauche). L'ancien gouverneur de Sao Paulo Geraldo Alckmin a quant à lui été choisi par le Parti social-démocrate brésilien (PSDB, centre-droit).

Dans un sondage récent, qui exclut Lula de la course à la présidence, Silva et Alckmin sont respectivement deuxième et troisième dans les intentions de vote, derrière le candidat d'extrême-droite Jair Bolsonaro.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.