Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

Moyen-Orient

Les druzes israéliens manifestent contre la loi controversée sur "l'État-nation du peuple juif"

© Jack Guez, AFP | Des manifestants druzes lors d'un rassemblement contre une nouvelle loi controversée, le 4 août, à Tel Aviv.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2018

Les druzes israéliens, communauté arabophone et musulmane, ont manifesté samedi dans les rues de Tel Aviv contre une loi adoptée le 19 juillet dernier, qui définit Israël comme "l’État-nation du peuple juif" et les marginalise, selon eux.

Les druzes israéliens descendent dans la rue. Quelque 50 000 membres de cette communauté musulmane ont manifesté, samedi 4 août à Tel-Aviv, contre une nouvelle loi controversée qui, selon eux, porte atteinte aux droits des minorités. La loi, votée le 19 juillet avec le soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahou, définit Israël comme l’État-nation du peuple juif".

La minorité druze, qui représente 130 000 personnes vivant principalement dans le nord d'Israël, demande à la Cour suprême de statuer sur ce texte législatif. Les druzes, qui parlent l'arabe et professent une foi issue d'un islam très hétérodoxe, effectuent leur service militaire obligatoire et servent dans l'armée israélienne, contrairement aux Arabes israéliens.

"Égalité"

Arborant des drapeaux de leur communauté et israéliens, les protestataires ont défilé dans le centre de Tel-Aviv an scandant "Égalité". "Malgré notre loyauté illimitée à l'État, celui-ci ne nous considère pas comme des citoyens égaux", a affirmé le chef spirituel de la communauté druze, cheikh Mouafak Tarif dans un discours.

La loi déclare que l'établissement de "localités juives relève de l'intérêt national", confère aux juifs le droit "unique" à l'autodétermination en Israël et proclame que l'hébreu est la seule langue officielle d'Israël alors que l'arabe n'aura qu'un statut "spécial" qui n'a pas été défini.

Le Parlement israélien a été convoqué le 8 août pour une séance extraordinaire sur cette loi, à la demande de 52 députés d'opposition (sur un total de 120), selon lesquels les débats seront centrés sur "les atteintes aux valeurs d'égalité et de démocratie". Cette loi fait partie des lois fondamentales qui font office de Constitution en Israël.

Avi Dichter, rapporteur de la loi et député du Likoud, le parti de droite de Netanyahou, a exclu tout changement de ce texte dénoncé comme "raciste" par les députés arabes d'opposition.

Les Arabes israéliens, qui représentent 17,5 % de la population, sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948, et se disent victimes de discriminations.

Avec AFP

Première publication : 05/08/2018

  • SYRIE

    Sept hommes armés tués lors d'un raid israélien sur le plateau syrien du Golan

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Ahed Tamimi, icône de la résistance palestinienne, libérée et de retour en Cisjordanie

    En savoir plus

  • ISRAËL

    En risposte à une attaque, Israël annonce des constructions en Cisjordanie occupée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)