Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

La Turquie c'est l'"Allemagne des années 30", accuse l'écrivaine Asli Erdogan

© AFP | Pour Asli Erdogan, écrivaine turque exilée en Allemagne, lors d'une interview avec l'AFP, le 23 juillet 2018 à Francfort

FRANCFORT (AFP) - 

Pour Asli Erdogan, écrivaine turque risquant la perpétuité dans son pays et exilée en Allemagne, l'heure est grave: dirigée par le président Recep Tayyip Erdogan, la Turquie s'est muée en régime fasciste.

La romancière, qui n'a aucun lien de parenté avec le chef de l'Etat turc, n'y va pas par quatre chemins. "La façon dont avancent les choses en Turquie ressemble à l'Allemagne nazie", explique l'auteure de 51 ans à l'AFP depuis Francfort, sa terre d'exil.

"Je pense que c'est un régime fasciste. Ce n'est pas encore l'Allemagne des années 40 mais celle des années 30", explique la lauréate 2018 du prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes, en référence à la période où les Nazis ont consolidé leurs pouvoirs en réprimant leurs opposants accusés de comploter.

Mme Erdogan n'a dès lors aucune confiance en la justice, elle qui est poursuivie pour "propagande terroriste" notamment en raison de son travail dans le journal kurde Özgür Gündem, fermé depuis car accusé de liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par Ankara et en Occident.

"Un élément crucial est l'absence de système judiciaire", avance l'auteure, qui décrit un pays aux prisons surpeuplées et aux salles d'audience gérées par des juges d'une vingtaine d'années, inexpérimentés mais fidèles au pouvoir et qui ont remplacé leurs aînés évincés par la répression ayant suivi le putsch manqué de juillet 2016 contre le président Erdogan.

- "Pathétiquement drôle" -

Profondément marquée par ses 136 jours de détention, elle appartient à ces dizaines de milliers de personnes visées par le pouvoir turc.

Ces arrestations visaient les partisans présumés du prédicateur Fethullah Gülen, accusés d'avoir organisé le putsch, mais aussi les médias d'opposition et les personnes soupçonnées de sympathies pour la cause kurde.

Ankara rejette les accusations de violations massives des droits et affirme répondre à une menace existentielle pour l'Etat.

"Erdogan est presque omnipotent", note la romancière, "il décide du prix des médicaments, de l'avenir du ballet classique, les membres de sa famille sont en charge de l'économie... L'opéra, qu'il déteste, est aussi directement lié à lui".

"C'est ce qu'il y a de bien avec le fascisme, c'est aussi pathétiquement drôle parfois", glisse-t-elle.

Elle avertit l'Occident de ne pas se laisser berner en pensant que les choses vont s'arranger, maintenant que le président a consolidé ses pouvoirs avec les élections générales de juin.

"C'est l'état d'urgence permanent", accuse-t-elle, alors qu'une nouvelle loi "antiterroriste" controversée doit voir le jour pour reprendre des mesures de l'état d'urgence qui vient d'être levé après deux ans.

Dès lors, l'ex-physicienne du centre européen de recherche nucléaire de Genève n'a pas d'espoir d'être acquittée à son procès, dont des audiences sont prévues en octobre puis mars. "Ils ne bluffent pas", déclare-t-elle, rappelant les nombreux journalistes condamnés cette année, certains à la perpétuité.

- Ecrire "avec du sang" -

Même si son exil en Allemagne lui confère une certaine sécurité, Asli trouve l'attente du verdict "presque insupportable".

"L'une des plus grandes tortures qu'on puisse faire à un être humain est de garder son destin inconnu".

Libérée de prison fin décembre 2016, Asli Erdogan a pu récupérer son passeport en septembre 2017 et s'est immédiatement exilée, comme d'autres artistes et intellectuels.

Depuis, elle vit à Francfort, bénéficiant d'un appartement et d'une allocation dans le cadre du projet international "Cities of Refuge". Ce programme vise à fournir aux écrivains persécutés un lieu sûr où vivre et travailler.

Mais l'auteure n'a pas encore été en mesure de reprendre la plume. Traumatisée, prise d'insomnies, victime d'épisodes de dépression et de problèmes de santé, elle se concentre sur des participations à des événements littéraires et des conférences.

Elle a pour but aussi de défendre ceux qui sont encore derrière les barreaux en Turquie. "J'ai été poussée dans un rôle politique, que j'essaie de porter avec grâce".

Et quand elle se sentira enfin prête, elle couchera son expérience carcérale sur papier, "une confrontation très lourde" car en "littérature, il faut être honnête à plus de 200%. Tu écris avec du sang".

© 2018 AFP