Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

Découvertes

Certaines odeurs sont plus insoutenables que d'autres, et la science explique pourquoi

© Rafflesia arnoldii | Dans les pays sud-asiatiques, cette fleur fait jusqu'à un mètre de long. Son odeur est un savant mélange de corps en putréfaction et de poissons fermentés.

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 06/08/2018

Des œufs pourris, du fumier, du vomi... Toutes ces odeurs ont en commun d'être fort désagréables. Mais quelles sont les pires au monde ? Existe-t-il des odeurs plus nauséabondes que les autres ? Des scientifiques ont répondu à la question.

Des odeurs qui prennent à la gorge, soulèvent le cœur, donnent la nausée... On en connaît tous. Mais certaines sont particulièrement intenses et presque impossibles à supporter.

VOIR AUSSI : Des Japonais ont inventé une appli capable de détecter les odeurs de transpiration

Selon une étude de The Journal of Neuroscience, ce qui rend plus ou moins agréable une effluve, c'est la structure de la molécule, à l'origine de l'émanation des corps volatils que notre odorat va capter. Lors d'une recherche conduite en 2007, des scientifiques de l'université de Californie, à Berkeley, ont passé en revue les 1 500 propriétés de 150 molécules différentes afin de comprendre les liens entre leur caractère plaisant au nez et leur caractéristiques chimiques, comme le rappelle le site Science Alert. Il a alors été mis à jour que la masse moléculaire et la densité électronique jouent un rôle dans notre perception des odeurs. Ainsi, les molécules les plus lourdes et les électrons les plus étalés (comme le butanol) sont souvent associés aux senteurs lourdes tandis que les molécules plus légères et compactes (comme le limonène) sont plus agréables.

Odeur de corps en putréfaction et de viande avariée

Parmi les odeurs les plus insoutenables, on trouverait Uranus, planète qui sentirait les œufs pourris en raison du sulfure d'hydrogène que l'on trouve massivement dans son atmosphère, comme on vous en parlait déjà ici. Il faudrait également citer le durian bien mûr, fruit très clivant. Sa très forte odeur avait même été à l'origine d'une évacuation de l'université de Melbourne alors que tout le monde pensait à une fuite de gaz. Il faut dire que selon une étude, ce fruit comporte 44 nuances d'odeurs allant de l'œuf pourri (toujours lui) au caramel. D'où la différence de sensibilité, entre les uns qui adorent et les autres qui détestent.

Autre exemple de fruit de la nature olfactivement puissant : le Rafflesia arnoldii, également connue comme la fleur la plus grande au monde puisqu'elle peut mesurer un peu plus d'un mètre de long et peser 10 kilos. Cette plante que l'on trouve principalement en Indonésie (mais aussi dans d'autres régions sud-asiatiques) a la particularité de dégager une odeur très forte de corps en putréfaction et de viande avariée. Cette caractéristique lui permet d'attirer les mouches, qui assurent sa pollinisation. De quoi peut-être vous faire relativiser l'odeur de transpiration de votre voisin de bus.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 06/08/2018