Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

L’invité du jour

Farouk Mardam-Bey et Ziad Majed : "La dynastie Assad considère la Syrie comme une propriété privée"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Comment la Turquie instrumentalise l'affaire Khashoggi"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le système Mélenchon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pascal Blanchard : "La domination des terres s'accompagne de celle des corps"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

Découvertes

En Irlande, un feu de forêt révèle une inscription géante de la Seconde Guerre mondiale

© Corps aérien irlandais

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 06/08/2018

Le mot "Éire" était inscrit sur de nombreux promontoires pour signaler la neutralité des territoires irlandais.

Un feu de forêt sur la côte est de l'Irlande, à proximité du sommet de montagne de Bray Head, a permis de redécouvrir une gigantesque inscription sur le sol datant de la Seconde Guerre mondiale. 

VOIR AUSSI : Dans le cercle arctique aussi, c'est la canicule

Le Corps aérien irlandais et la Garda Air Support Unit ont repéré l'inscription depuis les airs. Il est écrit "Éire", un terme signifiant Irlande en gaélique irlandais et qui fut beaucoup utilisé durant la guerre. En l'occurrence, il avait été inscrit à l'aide de grandes pierres disposées sur le sol. Ce même mot figurait sur quatre-vingt promontoires du pays pour prévienir les bombardiers Alliés et les Allemands qu'ils survolaient un territoire neutre. 

Ce témoignage historique n'est pas le seul à avoir été révélé par la canicule sur les îles britanniques, même si c'est le seul à être la conséquence d'un feu de forêt. En Angleterre et en Irlande, la sécheresse a permis de découvrir de nouveaux sites historiques. Il s'agit principalement de cromlechs, ou henges en anglais, des structures préhistoriques ovales. 

– Retrouvez aussi l'article de Rachel Thompson sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire. 

Première publication : 06/08/2018