Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Affaire Khashoggi: le début de la fin pour MBS?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

Amériques

La légalisation de l’avortement en Argentine suspendue au vote des sénateurs

© Marcos Brindicci, Reuters | Déguisées en personnages de "La servante écarlate", des militantes en faveur de la légalisation de l'avortement manifestent à Buenos Aires, le 5 août 2018..

Vidéo par FRANCE 24

Texte par David GORMEZANO

Dernière modification : 09/08/2018

Après le vote historique des députés argentins en faveur du droit à l’avortement, le Sénat doit se prononcer mercredi sur sa libéralisation. Les dernières estimations donnent l’avantage aux détracteurs de la loi.

Le 14 juin, ils étaient nombreux à fêter l’adoption du projet de loi autorisant l’IVG par 129 voix (contre 125). Les 30 heures de débats à la Chambre des députés furent un moment fort de la vie politique argentine. Dans chaque parti, défenseurs et farouches opposants à la loi s’étaient affrontés.

Au sein de Cambiemos, l’alliance conservatrice du président Mauricio Macri, comme dans l’opposition dominée par les péronistes, les discours passionnés donnaient à voir des lignes de fractures plus sociologiques (voire générationnelles) que politiques : Buenos Aires vs les provinces, tenants d’un catholicisme "de gauche" ouvert vs soutiens d’un catholicisme "doctrinaire"…

>>> A lire : Vote crucial en Argentine pour légaliser l'avortement

Pronostic négatif et revirement d’une sénatrice péroniste

Mercredi, le texte examiné au Sénat devra être voté à la majoritépour qu’il fasse force de loi et que l'avortement devienne légal et gratuit. Selon plusieurs médias argentins, 37 sénateurs sont contre, 31 pour. Seuls quatre sénateurs n’ont pas fait part de leur intention.

Pour Martina Ferreto, 26 ans, militante de la "Campagne nationale pour le droit à l’avortement légal, sûr et gratuit" (qui depuis 2005 organise manifestations et lobbying politique), les estimations des médias argentins sont inexactes. "Les chiffres changent chaque jour et certains sénateurs peuvent encore changer d’avis. Je suis certaine qu’il y aura une majorité en faveur de la loi".

Les partisans de la libéralisation de l’avortement ont enregistré le week end dernier une défection de taille, celle de la sénatrice péroniste du Rio Negro, Silvina García Larraburu, proche de Cristina Kirchner, au nom de ses "croyances personnelles". En faisant passer ses convictions morales et religieuses avant la défense des droits des femmes, le choix de cette sénatrice appartenant à la gauche progressiste illustre bien la complexité de la question de l’avortement en Argentine.

Anticipant un vote négatif, des sénateurs favorables à la légalisation ont proposé des amendements pour tenter de rallier quelques votes : abaisser de 14 à 12 semaines le délai pour pratiquer une IVG et introduire une clause de conscience pour les médecins et les établissements médicaux. Sans succès, ces amendements ont été rejetés en commission.

Après la vague verte, la vague bleue ?

Après le vote des députés en juin, le débat sur l’avortement en Argentine n’a pas connu de trêve, bien au contraire. L’Église catholique et les mouvements évangélistes ont à leur tour investi la rue. Au code couleur des partisans, le vert, et à leur symbole, le foulard, les opposants à l’IVG ont choisi le bleu du drapeau national, et un slogan : "défendre deux vies" (celle de l'enfant à naître et celle de la mère).

Samedi, ils étaient des milliers dans les rues de Buenos Aires. "L'avortement est une pratique criminelle et non une politique de santé, comme on essaie de le faire croire", pouvait-on entendre. Une réponse aux partisans de la légalisation qui estiment que la clandestinité de cette pratique provoque chaque année la mort de dizaines de femmes.

"Sauvons les deux vies, non à l'avortement" pouvait-on lire sur cette pancarte lors de la manifestation des anti-vortements samedi 4 août 2018 à Buenos Aires. © REUTERS/Agustin Marcarian

En cas de vote négatif, quels scénarios possibles ?

Si les sénateurs rejettent le projet de loi libéralisant l’avortement, ses défenseurs devront attendre 2020 avant un nouvel examen du texte. Si il est adopté avec des amendements, alors la Chambre des députés devra à nouveau se prononcer.

Le vote débutera à 10 h (heure locale) et promet un débat fleuve qui devrait durer la journée entière. À l’extérieur, "Verts" et "Bleus" ont prévu d’occuper la place du Congrès pour appeler les sénateurs à faire le "bon choix". En juin, les opposants à la libéralisation de l’avortement "étaient peu nombreux et peu organisés" déplore Martina Ferreto, qui s’attend cette fois-ci à une mobilisation plus forte des antis. "Quoi qu’il arrive, la lutte continuera" promet la jeune politologue engagée, qui sera demain avec des milliers de femmes pourdéfendre bruyamment le droit à disposer de leurs corps en brandissant un foulard vert, symbole de 15 ans de luttes féministes en Argentine.

Un vote suivi de près dans toute l’Amérique latine

Cette bataille autour du droit à l’avortement est scrutée de près en Amérique latine. Actuellement, seuls l’Uruguay, Cuba et la ville de Mexico autorisent l’avortement sur le continent. Au Brésil, la Cour suprême a débuté le 3 août une série d'audiences publiques sur le sujet, l'accès à l'IVG étant actuellement très limité. Le débat, qui se poursuit cette semaine, réunit des spécialistes de la santé, des représentants d'ONG et des leaders religieux.

Au Chili, en août 2017, après deux ans de discussions, le Parlement a approuvé un texte dépénalisant partiellement l’avortement, le rendant possible en cas de viol, de danger pour la mère ou de non-viabilité du fœtus. Mais, lorsque Sebastian Piñera (centre-droit) est revenu à la présidence en mars 2018, après quatre ans d’intermède socialiste, il a immédiatement autorisé les cliniques privées à faire jouer une clause de conscience, ce qui a limité considérablement les possibilités de recourir à une IVG.

Avec AFP

Première publication : 07/08/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Roe vs Wade : l'arrêt historique sur le droit à l'avortement menacé aux États-Unis

    En savoir plus

  • IRLANDE

    Légalisation de l'IVG en Irlande : une "révolution tranquille" pour Leo Varadkar

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    L'Argentine paralysée par une grève générale contre la rigueur et le FMI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)