Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Mineures abusées par des youtubeurs : "On m’a dit 'ferme ta bouche, ça va te retomber dessus'"

© Capture d'écran / Mashable avec France 24 | Un message envoyé par un youtubeur à un ami, concernant une abonnée de 14 ans.

Texte par Perrine SIGNORET

Dernière modification : 07/08/2018

Depuis des mois, des femmes alertent sur les comportements de certains grands youtubeurs avec leurs abonnées.

Le message a fait l’effet d’une bombe. Squeezie, l’un des plus gros youtubeurs français – 11 millions d’abonnés au compteur –, a posté sur Twitter le 6 août des messages accusant des collègues "qui crient sur tous les toits qu’ils sont féministes" de profiter de la vulnérabilité psychologique de jeunes abonnées pour obtenir des rapports sexuels. Ce message, en réalité, n’est qu’une partie émergée de l’iceberg. Depuis des mois, voire des années, des femmes tentent en effet d’alerter sur ces pratiques.

VOIR AUSSI : Comment les chercheurs français ont enfin pris les youtubeurs au sérieux

Emma (le prénom a été modifié à sa demande) est l’une d’entre elles. Contactée par Mashable FR, elle explique ne pas avoir eu "le moral" de témoigner plus tôt. Mais son envie "d’alerter les jeunes filles et leurs parents" a fini par prendre le dessus.

14 ans mais "torriiiiiiiiiiiiiiiiiide"

Elle commence par l’histoire d'un ami. Un vidéaste connu, que celle qui baigne dans l'univers de YouTube ne souhaite pas nommer par crainte d’être poursuivie en justice pour diffamation. "De toute façon, il n’est pas le seul et je pense que l’important est surtout de parler de ces agissements en général", explique-t-elle.

Un jour, il y a "trois ou quatre ans", elle a surpris son ami, âgé de 27 ans au moment des faits, en train d’envoyer des messages privés à une abonnée. Sur des captures d’écrans qui nous ont été fournies, on l’aperçoit demander à l’abonnée en question "un petit snap coquin pour un pote déprimé". Elle répond qu’elle n’a pas Snap, il propose Facebook. Lorsqu’elle dit qu’elle "doit vraiment y aller", mais que "peut-être" demain, il rétorque : "Toujours des peut-être lol".

Le problème, c’est que cette abonnée n’a que 14 ans. Et qu’il le sait. Il racontera à un ami que "c’est pas bien dans certains cas" mais que l’adolescente est "torriiiiiiiiiiiiiiiiiide". Confronté par Emma, il reconnaîtra les faits, tout en expliquant qu’il ne considère pas cela comme de la pédophilie.

Se taire, à cause de la célébrité

Des exemples, Emma pourrait en citer bien d’autres. Elle se souvient avoir eu en sa possession des vidéos, sur lesquelles on apercevait un youtubeur invitant des mineures chez lui. "Il les faisait boire jusqu’à ce que certaines vomissent". Un troisième vidéaste, mineur cette fois-ci, demandait des "nudes" sur un compte Twitter privé.

Et puis, il y a les conventions. Celles durant lesquelles "de très jeunes filles" seraient "notées sur leur physique" par de grands youtubeurs. Des faits "pas toujours illégaux", mais qui posent tout de même question. Sur Twitter, plusieurs ont témoigné de leurs propres histoires. Certains et certaines, majeurs, racontent avoir rencontré des youtubeurs en masterclass, avoir été violés.

Nathan par exemple – qui se définissait comme femme à l’époque –, raconte qu’un soir où il était parti se coucher "un peu crevé", s’est fait réveiller par un vidéaste fréquenté à l’époque, qui voulait coucher avec lui.

"J’avais beau protester, dire que je ne voulais pas, que j’étais fatigué et que je voulais dormir, j’ai vite vu que ça ne changerait rien. J’ai fini par céder. Pas par dire 'oui', mais juste par me taire, en [se] disant que le laisser finir irait plus vite que se battre".

Se taire, Nathan l'a aussi fait plus tard à propos des faits qu’il avait subi. Il dit s’être tu à cause de la célébrité de son violeur présumé, qui a nié toute l'histoire sur un compte Tumblr quelques mois après.

Dans d’autres témoignages qui nous ont été envoyés, de jeunes filles racontent que des youtubeurs les ont invitées à passer dans les loges après un spectacle ou à l’hôtel boire des coups, en donnant leur numéro de chambre. Qu’ils ne donnaient plus de nouvelles après avoir appris qu’elles avaient un petit ami. Des informations impossibles à vérifier car les captures d'écran que fournissent les internautes pourraient être des montages. Et surtout, parce qu'il n'y a pas eu de suites juridiques. Ces affaires pourraient pourtant être assimilées à divers chefs d'inculpation, tels que l'abus de faiblesse, voire la pédopornographie dans les cas les plus extrêmes.

Une fille, qui se trouvait à la Japan Expo, a vu son entrejambe filmée et postée dans l’un des vlogs (contraction entre "blog" et "vidéo") d’un youtubeur de 29 ans et 1,7 million d’abonnés. Elle explique qu’elle n’était pas consentante. La vidéo que nous avons pu regarder a depuis été supprimée.

Des condamnations à l'étranger, une omerta en France

Des histoires comme celles-ci, on en compte par dizaines. Et cela ne concerne pas uniquement la France. En 2016, un youtubeur belge spécialisé dans le jeu vidéo Minecraft avait été accusé d’avoir demandé des photos de nus à des mineures. Il n’a, à notre connaissance, pas été condamné pour ces faits depuis. Plus récemment, le youtubeur spécialisé dans les vlogs familiaux Chris Ingham, 34 ans, a été ciblé pour des faits similaires, racontait le magazine Mirror.

Peu ont été condamnés ou ne serait-ce que poursuivis en justice. Austin Jones, 24 ans à l’époque, a été jugé pour avoir demandé à deux fans des images dénudées. Mike Lombardo alias "Piano Man", qui envoyait des messages et photos à caractère sexuel à des mineures, a lui fait l’objet d’une enquête, et a finalement écopé de cinq ans de prison pour pédopornographie. En France, l'"agent" de youtubeurs Benjamin Lemaire a été placé en détention pour corruption de mineurs et atteintes sexuelles sur des personnes âgées de moins de quinze ans suite à une enquête de Buzzfeed.

"Il y a une omerta très forte autour de ces sujets", explique Emma. "On s’alerte entre nous, on se donne les noms, mais c’est difficile de faire plus. Je ne crois pas qu’une victime ait déjà porté plainte. Pour certaines c’est presque une fierté d’avoir été approchée par leur star préférée. Quand j’en ai parlé autour de moi, on m’a dit ferme ta bouche, ça va te retomber dessus."

Pourquoi nous ne révélons pas les noms des youtubeurs incriminés

Nous avons fait ce choix afin de protéger les victimes qui craignaient des poursuites judiciaires. Certaines nous ont par ailleurs confié ne pas avoir envie de focaliser l’attention sur une personnalité précise, mais plutôt sur ce qu’elles pensent être devenu un phénomène récurrent. Si vous souhaitez témoigner à votre tour, ou si vous pensez avoir des informations qui pourraient nous intéresser, n'hésitez pas à envoyer un mail à perrine.signoret@gmail.com

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 07/08/2018