Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

FRANCE

Plusieurs mineures accusent des youtubeurs de harcèlement sexuel

© Ethan Miller, Getty Images | Des youtubeurs influents sont accusés de harcèlement sexuel sur des mineures.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/08/2018

Des youtubeurs influents sont accusés depuis plusieurs jours de harcèlement sexuel par des mineures. Des témoignages parus dans la presse et sur les réseaux sociaux sous le hashtag #BalanceTonYoutubeur se multiplient.

Près d’un an après le hashtag #BalanceTonPorc, qui dénonçait le harcèlement et les agressions sexuels subis par les femmes, c’est au tour de #BalanceTonYoutubeur d’apparaître sur les réseaux sociaux.

Le 6 août, Squeezie – célèbre youtubeur aux 11 millions d’abonnés – dénonce dans un tweet les “pratiques” d’autres vidéastes : “Les youtubeurs (y compris ceux qui crient sur tous les toits qu’ils sont féministes) qui profitent de la vulnérabilité psychologique de jeunes abonnées pour obtenir des rapports sexuels, on vous voit. La vérité finit toujours par éclater.”

Le tweet posté par le youtubeur Squeezie, le 6 août 2018

Squeezie explique ensuite poster ce message pour “dans un premier temps mettre un doigt sur ces pratiques et inciter les concernés à arrêter”. Ces messages font grand bruit sur les réseaux sociaux et donnent naissance au hashtag #BalanceTonYoutubeur. Plusieurs noms de vidéastes sont "balancés" par les internautes, parfois sans précaution, des captures d’écran de prétendus échanges de messages entre des youtubeurs et des adolescentes sont diffusées… et plusieurs témoignages de jeunes femmes sortent dans la presse, allant dans le sens du tweet de Squeezie.

Propos douteux et captures d’écran

Plusieurs “ados harcelées par des youtubeurs” s’expriment dans un article publié le 8 août par Le Parisien, captures d’écran à l’appui. Le quotidien précise que ces personnes ont été “contactées avant même l’intervention de Squeezie”.

Plusieurs mineures identifient et accusent Wass Freestyle, plus de 2,5 millions d’abonnés sur YouTube, de leur avoir fait des propositions douteuses. L’une d’entre elles, sous le pseudonyme de Mathilde, affirme avoir échangé à de multiples reprises avec le vidéaste, alors qu’elle n’avait que 16 ans. “Je lui ai parlé du lycée, il connaissait mon âge”, explique-t-elle. Sur une capture d’écran d’une autre discussion figurent deux messages de Wass Freestyl à son attention : “Tu sais, j’ai 30 ans”, ”J’ai limite honte de te parler mais c’est trop bizarre tu as quelque chose de particulier”.

Les noms de deux autres youtubeurs, Anthox Colaboy et Math Podcast – qui ont chacun plus de 400 000 abonnés sur leur chaîne –, sont également cités dans l’article du Parisien. Léa, 15 ans au moment des échanges avec Anthox Colaboy, explique que ce dernier emmenait régulièrement la conversation sur le terrain du sexe. Et de citer plusieurs messages du vidéaste, dont celui-là : “Tu l’as déjà fait ? À l’occasion si tu as eu une mauvaise expérience, je me porte garant de la prochaine pour que ça soit mieux on fait ça ?” Capture d’écran de conversation Instagram à l’appui, elle affirme que le youtubeur de 29 ans lui a aussi envoyé une photo de lui dans son bain. Au sujet de Math Podcast, une jeune fille de 14 ans raconte qu’en 2016, "(il) demandait des photos dénudées de mon amie. Il en profitait car cette fille était vraiment à fond sur lui.”

De son côté, la chaîne d’information LCI a recueilli plusieurs autres témoignages, dont celui de Justine, qui exprime le malaise face à ces propositions douteuses : “Quand on parle à un gros vidéaste, on est impressionné, on a envie de parler avec lui et de lui poser des questions. Quand il nous amène sur le terrain des sous-entendus, on se dit qu'on se fait une idée ou que ce sont juste des blagues, on est emprisonné et on ne proteste pas, de peur que la personne cesse de nous parler."

Joint par France 24 au sujet de ces témoignages concernant des vidéastes à succès sur sa plateforme, un porte-parole de YouTube France estime que “même si nous pensons qu’il n’est pas approprié de commenter des rumeurs, nous voulons être très clairs sur le fait que nous considérons le harcèlement sexuel, quelle que soit sa forme, comme odieux". Et de préciser : “Pour les événements en dehors de notre plateforme, nous conseillons fortement aux victimes de se manifester auprès de la police."

Première publication : 09/08/2018

  • FRANCE

    Adoption définitive du projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes

    En savoir plus

  • INTERNET

    Pour lutter contre les faux comptes, Twitter a bloqué de nombreux profils

    En savoir plus

  • #METOO

    #Metoofoot : des femmes témoignent d'agressions lors des célébrations du Mondial

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)