Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

Amériques

Un an après sa gestion catastrophique du drame de Charlottesville, Trump se veut rassembleur

© Jim Watson, AFP | Après le drame de Charlottsville, Donald Trump s'adresse à la presse, le 12 août 2017, depuis le Trump national golf club, dans le New Jersey.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/08/2018

Un an après les événements meurtriers de Charlottesville, Donald Trump a dénoncé "tous les types de racisme" et a appelé la Nation "à se rassembler". Un revirement par rapport à l'an passé où sa gestion du drame avait été très critiquée.

Un an après le rassemblement néo-nazi meurtrier de Charlottesville, le président américain a joué l’apaisement, appelant à l’unité nationale. Il a déclaré samedi 11 août "condamner tous les types de racisme et les actes violents".

"Le rassemblement de Charlottesville, il y a un an, a entraîné la mort et des divisions insensées", a tweeté Donald Trump. L’an passé, le président américain avait été vivement critiqué pour n'avoir jamais clairement condamné les manifestants néo-nazis après les événements d'août 2017.

Le réseau "Unite the Right" avait alors obtenu de pouvoir organiser un rassemblement à Charlottesville (Virginie) pour protester contre le projet de la municipalité de déboulonner une statue du général confédéré Robert E. Lee. Au terme de ce rassemblement, des heurts avaient éclaté entre suprémacistes blancs et contre-manifestants.

Un sympathisant néo-nazi avait alors foncé en voiture dans une foule de manifestants antiracistes, tuant une jeune femme de 32 ans, Heather Heyer, et faisant 19 blessés.

"Nous devons nous rassembler en tant que Nation", a-t-il ajouté, alors que des néo-nazis ont prévu de manifester devant la Maison Blanche dimanche. "Paix à tous les Américains!", a-t-il encore dit.

De nouvelles manifestations sous haute surveillance

Des contre-manifestations sont également prévues dans le même square Lafayette, devant la résidence présidentielle.

Un important dispositif policier sera mis en place, principalement pour empêcher les deux groupes d'entrer en contact. À Charlottesville, les autorités ont pris d'importantes mesures de sécurité, après avoir été débordées lors des heurts du 12 août 2017.

Le gouverneur de Virginie Ralph Nortam a décrété l'état d'urgence et le quartier piéton du centre-ville de Charlottesville, où avaient eu lieu les incidents de l'an dernier, a été cerné de barricades en béton et voitures officielles, avec seulement deux points d'entrée pour les piétons.

Avec AFP

Première publication : 11/08/2018

  • JUSTICE

    États-Unis : Monsanto condamné à payer 289 millions de dollars à un jardinier atteint d'un cancer

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : plus de 180 candidates au Congrès américain, un record

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Aux États-Unis, la militante anti-Trump Patricia Thérèse Okoumou plaide non coupable

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)