Accéder au contenu principal

Créé pour les hackers éthiques, ce logiciel open source risque de généraliser la reconnaissance faciale

BOB AL-GREENE/ MASHABLE

Initialement créé pour les experts en cybersécurité, cet outil pourrait tomber entre les mains de personnes mal intentionnées.

PUBLICITÉ

Il s'appelle Social Mapper. Imaginé par les chercheurs de Trustwave, ce logiciel utilise la technologie de la reconnaissance faciale afin de tracker des sujets à travers plusieurs réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn et tout autre plateforme sur laquelle les utilisateurs sont enregistrés sous un nom et une photo. 

VOIR AUSSI : En Chine, la reconnaissance faciale a permis l'arrestation d'un suspect au milieu d'une foule de 50 000 personnes

Cet outil a été créé afin d'aider les hackeurs éthiques à réaliser des tests d'intrusion dans différents systèmes informatiques, dans le cadre de scénarios de phishing.

Aucune restriction d'usage

Or, contrairement à ses concurrents dans le secteur, Social Mapper n'a pas besoin d'accès aux API des réseaux sociaux pour être utilisé. Il permet d'automatiser une tâche qui pouvait autrefois être réalisée manuellement. Désormais, les chercheurs en cybersécurité pourront passer au peigne fin des centaines voire des milliers de profils.

Problème : Social Mapper est disponible en open source sur GitHub et ne présente aucune restriction d'usage. Et s'il atterrissait entre les mains de hackers mal intentionnés ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.