Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Réforme du droit d'auteur : et maintenant ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ariane, succès européen, défi américain"

En savoir plus

Découvertes

Créé pour les hackers éthiques, ce logiciel open source risque de généraliser la reconnaissance faciale

© BOB AL-GREENE/ MASHABLE

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 13/08/2018

Initialement créé pour les experts en cybersécurité, cet outil pourrait tomber entre les mains de personnes mal intentionnées.

Il s'appelle Social Mapper. Imaginé par les chercheurs de Trustwave, ce logiciel utilise la technologie de la reconnaissance faciale afin de tracker des sujets à travers plusieurs réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn et tout autre plateforme sur laquelle les utilisateurs sont enregistrés sous un nom et une photo. 

VOIR AUSSI : En Chine, la reconnaissance faciale a permis l'arrestation d'un suspect au milieu d'une foule de 50 000 personnes

Cet outil a été créé afin d'aider les hackeurs éthiques à réaliser des tests d'intrusion dans différents systèmes informatiques, dans le cadre de scénarios de phishing.

Aucune restriction d'usage

Or, contrairement à ses concurrents dans le secteur, Social Mapper n'a pas besoin d'accès aux API des réseaux sociaux pour être utilisé. Il permet d'automatiser une tâche qui pouvait autrefois être réalisée manuellement. Désormais, les chercheurs en cybersécurité pourront passer au peigne fin des centaines voire des milliers de profils.

Problème : Social Mapper est disponible en open source sur GitHub et ne présente aucune restriction d'usage. Et s'il atterrissait entre les mains de hackers mal intentionnés ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 13/08/2018