Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

Moyen-Orient

Plus de 20 000 combattants de l'EI sont présents en Irak et en Syrie, selon l'ONU

© Zaid al-Obeidi, AFP | La mosquée al-Nouri, à Mossoul, le 9 juillet 2018, un an après sa reprise aux combattants de l'EI.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2018

L'organisation État islamique compte toujours entre 20 000 et 30 000 combattants, répartis à part égale entre la Syrie et l'Irak, selon un rapport d'experts des Nations Unies rendu public lundi.

L’organisation État islamique dispose encore de 20 000 à 30 000 combattants en Irak et en Syrie, malgré les défaites militaires et le recul du groupe jihadiste dans la région, selon un rapport de l'ONU présenté lundi 13 août au Conseil de sécurité.

Ces combattants se répartissent de manière à peu près égaleentre l’Irak et la Syrie. Le groupe jihadiste dispose également d'importantes réserves en Libye, avec 3000 à 4000 combattants, mais également dans les régions d’Asie du Sud-Est et d’Afrique de l’Ouest.

Les principaux responsables de l’EI opèrent, eux, depuis l’Afghanistan, où les attentats suicides se sont multipliés ces derniers mois. Nombre de combattants qui ont quitté les territoires contrôlés par l’EI en Irak et en Syrie se sont rendus dans ce pays.

Parmi ces membres de l'organisation État islamique, "il reste une partie importante des milliers de combattants terroristes étrangers", précise le document, rédigé par des observateurs des Nations unies. Mais le flux de ces combattants rejoignant l'EI s'est quant à lui "tari".

Forte capacité de nuisance

L'EI a perdu le contrôle de la plupart de son "califat" autoproclamé, notamment après avoir été chassé en 2017 de Mossoul et Raqqa, les deux places fortes du groupe jihadiste sunnite en Irak et en Syrie.

Il est cependant "toujours capable de mener des attaques sur le territoire syrien. Il ne contrôle plus totalement de territoire en Irak, mais reste actif grâce à des cellules dormantes", notamment des agents cachés dans le désert, précise encore le rapport.

Certains États membres se sont inquiétés de la possibilité de voir se créer des cellules de l'EI dans le camp de réfugiés de Rokbane, situé dans la zone contrôlée par les États-Unis, dans le sud de la Syrie, et où vivent des familles de combattants.

Les experts ont enfin déclaré que la discipline imposée par l'EI reste intacte et que le chef Abou Bakr al-Baghdadi "reste en position d'autorité", malgré les informations qui disent qu'il a été blessé.

Avec AFP

Première publication : 14/08/2018

  • MOYEN-ORIENT

    L'organisation État islamique diffuse un enregistrement audio de son chef Baghdadi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)