Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Maduro chez "Salt Bae" : un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Lamjarred : la star marocaine placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgences à l'hôpital ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Celui qui est en cause dans l'affaire Benalla, c'est Macron"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benoît Hamon : "Je veux reconstruire la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

Découvertes

Au nom de la lutte contre le terrorisme, l'Australie veut mettre son nez dans les communications chiffrées

© U. BAUMGARTEN VIA GETTY IMAGES

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 12/09/2018

Ce mardi, le gouvernement australien a révélé son projet de loi concernant la question du chiffrement. L'objectif des mesures annoncées est de poser un cadre à la collaboration avec les géants de la tech, sans pour autant créer de "backdoors".

Au nom de la lutte contre le terrorisme, nombreux sont les gouvernements à réfléchir à des dispositifs contraignant les géants de la tech à collaborer dans le contournement du chiffrement des communications. Les craintes autour de l'installation de porte dérobée (plus souvent appelée sous le nom de "backdoor") reviennent souvent sur la table.

VOIR AUSSI : Réquisitionner des données sans backdoors, l'impossible défi de cybersécurité européen

En Australie, le débat porté au Parlement pourrait bien créer un précédent dans le monde.

Pas de "backdoor" mais un accès aux terminaux

Ce mardi, le gouvernement a annoncé son projet de loi posant les bases de la collaboration entre les autorités et les fabricants d'appareils et de logiciels. Celui-ci ne parle pas d'un affaiblissement du chiffrement. Au contraire : "Les fabricants ne seront pas tenus d'installer un vulnérabilité à leur système", peut-on lire. Pas de "backdoor", donc. En revanche, le projet de loi veut entériner un accès aux terminaux, autrement dit là où les messages se trouvent avant d'être chiffrés et envoyés, ou là où ils atterrissent après la réception et le déchiffrement. Pour cela, les fabricants pourraient être sommés d'installer des logiciels espions fournis par les autorités, si l'on résume l'esprit du texte Assistance and Access Bill.

En arguant que "les téléphones et applications de messagerie chiffrée sont de plus en plus utilisés par les criminels impliqués dans des affaires de terrorisme et de trafic de drogue" et que "95 % des profils suivis par la cellule anti-terrorisme du renseignement australien utilisent activement le chiffrement pour dissimuler ses communications", les autorités du pays souhaitent contraindre les entreprises de la tech à coopérer. Certes, le chiffrement en tant que tel n'est pas affaibli. Mais avec un accès généralisé aux terminaux, c'est bien la confiance numérique qui risque de s'éroder.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 12/09/2018