Accéder au contenu principal
Dans la presse

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

France 24

A la Une de la presse, ce mardi 14 août, la chute de la livre turque, et les craintes de contagion au reste des marchés, une proposition sur l’égalité entre hommes et femmes qui ne fait pas l’unanimité en Tunisie. Des «cures de désintox numériques». Et le «chic» en vacances.

Publicité

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

A la Une de la presse, ce matin, le plongeon de la livre turque, sur fond de crise diplomatique avec les Etats-Unis.

 

Sabah a beau affirmer, à l’unisson du président Erdogan, que «la résistance de la Turquie face à l’attaque contre sa monnaie suscite l’admiration dans le monde», que non, la situation économique turque «n’est pas inquiétante», l’hémorragie de la livre turque face au dollar provoque des inquiétudes au-delà-même des frontières de la Turquie - notamment en Allemagne, où Angela Merkel a déclaré hier que «personne (n’avait) d’intérêt dans la déstabilisation de la Turquie» – des propos que ne manque pas de relever Hurryiet.

 

A Berlin comme ailleurs, la crainte, c’est que la crise turque s’étende à l’ensemble des marchés. Un mot fait la Une de nombreux journaux ce matin, le mot «contagion» - à la Une, entre autres, du Financial Times, inquiet de voir la crise de la livre turque «commencer à toucher d’autres marchés émergents». «La crise turque fait craindre la contagion», confirmeLe Soir. Le journal belge précise que la Commission européenne affirme «être consciente du possible impact sur les banques européennes», mais refuse de dire, pour l’instant, «si cette crise financière pourrait avoir un impact sur l’accord migratoire controversé conclu entre l’UE et Ankara en 2016».

 

La crise migratoire en Méditerranée se poursuit – l’Aquarius erre de nouveau dans les eaux internationales avec 141 migrants à son bord. «Deux mois après, l’histoire se répète et le constat est toujours le même», écrit le Huffington Post, qui se demande si l’accord trouvé par les 28 dirigeants européens après la crise du mois de juin «peut vraiment être efficace». Après le nouveau refus de l’Italie et de Malte d’autoriser le navire humanitaire à accoster, l’Aquarius et les pays européens se retrouvent «dans une situation identique à celle de juin dernier» - «à la différence que cette fois, la position des Maltais et des Italiens semble en partie légitimée par le compromis signé à Bruxelles», selon le Huffington Post, qui rappelle que ce texte prévoit la création de centres d’accueil dans les Etats européens «mais seulement sur une base volontaire».

 

Il est aussi beaucoup question du projet de loi du président tunisien sur l’égalité entre hommes et femmes dans l’héritage. D’après La Presse, Béji Caïd Essebsi a proposé officiellement cette évolution à l’occasion de la journée de la Femme en Tunisie, hier. Une proposition saluée par le journal tunisien, qui parle d’une «action pionnière et avant-gardiste», qui «inscrit plus que jamais la Tunisie dans son passé de pays locomotive progressiste (du) monde arabo-musulman tout comme dans son avenir soucieux de conserver sa place dans le monde du progrès, de la modernité et de l’ouverture».Le journal français La Croix évoque, lui, «une disposition qui transgresse un tabou religieux», et qui ne fait pas l’unanimité en Tunisie – comme en témoigne le rassemblement de plus de 5000 personnes, qui a eu lieu ce week-end à Tunis, devant le Parlement, à l’appel des «milieux religieux conservateurs», qui auraient «accrédité des allégations invraisemblables répandues par les réseaux sociaux sur l’interdiction de l’appel à la prière, l’autorisation du mariage homosexuel, ou encore la suppression des références à l’islam dans la Constitution». Selon La Croix, toute une frange de l’opinion serait aujourd’hui persuadée que «l’objectif de ce projet est de «sortir la Tunisie de l’islam».

 

Période estivale oblige, Libération nous parle du droit à la déconnexion. Et si on «déclarait forfait»? Le journal rapporte que le besoin de déconnecter « se fait sentir de plus en plus dans nos sociétés » - au point que les « cures de détox numériques » connaissent aujourd’hui un vrai succès, certains hôtels et chambres d’hôte proposant désormais des forfaits sans écran ni Internet, en particulier pour la clientèle d’affaires, qui est très sujette au stress. En ce mois d’août, vous pouvez éteindre votre ordinateur et votre télé MAIS n’oubliez pas de rester élégants. «Même en vacances, ayez du style» : Le Parisien vous détaille LA tenue estivale à la fois chic et décontractée. Enfin chic, si on veut, parce que vraiment, la banane en bandoulière, moi je dis non!...

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.