Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Elysée enlisée dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : Cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

Moyen-Orient

Dix tonnes de courrier bloquées depuis 2010 par Israël arrivent en Cisjordanie

© Abbas Momami, AFP | Un employé de la Poste de Jéricho s'apprête à trier des kilos de colis retenus par Israel depuis 2010, le 14 août 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2018

Plus de 10 tonnes de courrier et de colis sont arrivées dans la ville palestinienne de Jéricho, proche de la frontière jordanienne. Les autorités israéliennes avaient bloqué ces envois vers la Cisjordanie depuis huit ans.

Les fonctionnaires de la ville palestinienne de Jéricho se retrouvent avec huit ans de courrier à trier d’un coup. Des lettres, des médicaments, des objets commandés en ligne, voire même des fauteuils roulants. Soit plus de 10 tonnes de courrier et de paquets, qui étaient bloqués depuis 2010 par Israël. Mais un accord a finalement été trouvé et le courrier a été remis aux Palestiniens, ont indiqué mardi 14 août des responsables

Les autorités israéliennes ont empêché l’entrée des colis en Cisjordanie occupée depuis la Jordanie voisine, envoyés entre 2010 et 2018 depuis l’étranger sans pouvoir parvenir à leurs destinataires. Ils auraient été retenus en Jordanie pour des raisons de sécurité, ou plus prosaïquement à cause de questions administratives, a affirmé Ramadan Ghazawi, un responsable du centre de la Poste de Jéricho.

Israël contrôle toutes les entrées et sorties vers la Cisjordanie, un territoire qu'il occupe depuis plus de 50 ans. Les autorités israéliennes peuvent donc empêcher le passage de tout type de marchandises de manière discrétionnaire. Ce qui handicape l’économie, selon les responsables palestiniens. Mais un accord a finalement été trouvé. "Il y a quelques jours, Israël a autorisé (l'entrée de) plus de 10 tonnes de colis postaux bloqués en Jordanie", a déclaré Ramadan Ghazawi à l'AFP.

Tout le courrier n'a pas été délivré

La remise de ces tonnes de courrier fait partie des mesures prises pour renforcer la confiance entre Israéliens et Palestiniens, après un accord conclu il y a un an sur l'entrée du courrier destiné aux Palestiniens, selon l'organisme du ministère israélien de la Défense en charge des affaires civiles dans les territoires palestiniens occupés (Cogat).

Contactée par l'AFP, la Cogat assure que l'accord n'est pas entré totalement en vigueur mais que l'organisme a "autorisé le transfert de près de dix tonnes et demie de courrier retenues en Jordanie".  Le ministre palestinien des Télécommunications, Allam Moussa, a accusé Israël, dans un communiqué, d'avoir retardé l'application de l'accord.

Certains paquets ont été endommagés. Pour éviter d'éventuelles plaintes, a expliqué le responsable, un petit mot sera ajouté pour prévenir les destinataires que leur colis a été mis dans cet état par les autorités israéliennes.

Avec Reuters

Première publication : 15/08/2018

  • ISRAËL

    Tel-Aviv : les Arabes israéliens défilent contre la loi sur "l'État-nation du peuple juif"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    En risposte à une attaque, Israël annonce des constructions en Cisjordanie occupée

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Un match entre Irakiens et Palestiniens, une première historique en Cisjordanie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)