Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Durpaire et nos ancêtres pas si Gaulois

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manou Gallo, un nouvel album groove et funk à la sauce ivoirienne

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Lille: Ryad le jardinier, le bio au quartier

En savoir plus

L’invité du jour

Riad Sattouf : "La BD est le moyen d'expression le plus puissant"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

Afrique

Dans l’attente des résultats au Mali, le camp IBK se montre confiant

© Issouf Sanogo, AFP | Le président sortant et favori des sondages Ibrahim Boubacar Keïta dépose son bulletin dans l'urne, le 12 août 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2018

Avant même l'annonce des résultats prévue mercredi, le camp du président sortant Ibrahim Boubacar Keïta a estimé mardi que son candidat serait réélu. La communauté internationale a de son côté appelé au calme.

Alors que les résultats provisoires de la présidentielle au Mali doivent être annoncés mercredi 15 août, le parti du président malien sortant, le favori Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), se montre confiant.

Pour le camp d'IBK, ce dernier "serait réélu de manière large et confortable", selon "les résultats issus du système de centralisation", a relevé mardi Boukary Treta, son directeur de campagne. "Toutefois, nous attendons avec sérénité les résultats officiels qui vont être communiqués prochainement par les autorités compétentes", a-t-il ajouté.

Les Nations unies et l'Union européenne ont appelé le camp d’IBK et celui de son opposant Soumaïla Cissé à garder le calme, après un deuxième tour marqué par les soupçons de fraude électorale et par une amélioration de la sécurité.

Cissé appelle les Maliens à "se lever"

Lundi, Soumaïla Cissé avait appelé les Maliens à se "lever" face à des résultats qu'il rejetait d'emblée car entachés de fraude, selon lui. Son chef de campagne, Tiébilé Dramé, a précisé mardi devant la presse que ces protestations seraient "pacifiques, démocratiques".

>> À lire aussi : Présidentielle au Mali : l'opposant Cissé dénonce "une dictature de la fraude"

Ni les observateurs de l'Union africaine, ni ceux de l'UE n'ont constaté les "fraudes électorales" alléguées par l'opposition et rejetées en bloc par IBK, qui accuse le camp adverse de "mise en scène".

Le scrutin s'est déroulé dans une relative indifférence de la population et l'appel lancé par Soumaïla Cissé ne semble pas avoir été suivi. "Les gens sont désormais à la préparation de la tabaski", comme on appelle en Afrique de l'Ouest l'Aïd el-Kebir, relève l'analyste politique Souleymane Drabo, qui ajoute : "Il faut acheter un mouton, l'élection est déjà en train de passer au second plan."

>> À lire : "Présidentielle au Mali : faible participation et des violences qui ont fait un mort"

Le vainqueur entrera en fonctions le 4 septembre avec la lourde tâche de relancer l'accord de paix conclu en 2015 avec l'ex-rébellion à dominante touareg, dans ce vaste pays du Sahel toujours confronté à la menace jihadiste malgré cinq ans d'interventions militaires internationales.

Avec AFP

Première publication : 15/08/2018

  • MALI

    Présidentielle au Mali : faible participation et des violences qui ont fait un mort

    En savoir plus

  • MALI

    Présidentielle au Mali : duel Keïta-Cissé, un bilan contre une promesse de changement

    En savoir plus

  • MALI

    Présidentielle au Mali : distancé par IBK, Cissé appelle à un "front démocratique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)