Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

Moyen-Orient

Erdogan parie sur un boycott de l'électronique américain en Turquie

© Service de presse de la présidence turque. | Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à Ankara, le 13 août 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2018

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mardi un boycott des appareils électroniques américains, une escalade supplémentaire dans les tensions qui opposent Ankara à Washington. La livre turque, elle, semble se stabiliser.

L’escalade des tensions avec Washington, à l'origine d'une grave crise monétaire en Turquie, se poursuit. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mardi 14 août "un boycott des appareils électroniques américains". "S'ils ont des iPhone, il y a des Samsung de l'autre côté", a-t-il affirmé à Ankara.

La devise turque, qui a perdu 16% de sa valeur face au dollar vendredi et quelque 8% lundi, reprenait des couleurs mardi. A 14h00 GMT, 6,54 livres s'échangeaient contre un dollar, soit un gain de 5% sur la journée.

>> À lire sur France 24 : crise de la livre turque, l’inquiétante onde de choc

La Turquie "est la cible d'une agression économique", a assuré mardi le président turc, appelant ses concitoyens à délaisser l'iPhone, appareil téléphonique phare de la marque américaine Apple, pour la marque turque Vestel. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes soulignaient qu'avec la chute de la livre, la plupart des Turcs n'auront de toute façon plus les moyens de se procurer un iPhone.

La Maison Blanche n'a pas répondu directement aux menaces du président turc, ni évoqué de possibles représailles. "Le président ressent beaucoup de frustration du fait que le pasteur ne soit pas libéré", a simplement déclaré Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche.

Détenu en Turquie, le pasteur américain Andrew Brunson est accusé par Ankara d'espionnage et d'activités "terroristes", ce qu'il nie en bloc. Après plus d'un an et demi d'incarcération, il a été placé en juillet en résidence surveillée.

>> À lire aussi : Erdogan annonce qu’il répondra aux menaces de sanctions américaines

Le chargé d'affaires américain en Turquie Jeffrey Hovenier a rendu visite mardi au pasteur Brunson et a appelé à sa libération "sans délai". Et l'avocat turc du pasteur a indiqué mardi à l'AFP qu'il avait à nouveau fait appel de l'assignation à résidence de son client.

En dépit des tensions, la Turquie et les États-Unis maintiennent leurs contacts. Lundi, l'ambassadeur de Turquie à Washington a rencontré le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton. "Il lui a transmis le message suivant : les pressions, les menaces, ne causeront que du chaos dans les relations avec la Turquie", a déclaré le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu.

Avec AFP

Première publication : 15/08/2018

  • TURQUIE

    Ankara peine à enrayer l’effondrement de la livre turque

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Après les sanctions américaines, la Turquie menace Washington de mesures de rétorsion

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Après deux ans de purges, l'état d'urgence a été levé en Turquie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)