Accéder au contenu principal

Pour la première fois, une application mobile contraceptive a été approuvée aux États-Unis par la FDA

Autorisée dans plus de 161 pays, l’application Natural Cycles vient d’être approuvée par la FDA en Amérique du Nord. Une grande première, qui pourrait cependant poser quelques problèmes en matière de santé publique.

PUBLICITÉ

Vendredi 10 août, la très sérieuse administration américaine Food and Drug Administration (FDA), notamment en charge de réguler les médicaments circulant sur le sol américain, a pour la première fois approuvé une application contraceptive, baptisée Natural Cycles. Cette autorisation pose quelques questions. Cette appli qui entend se substituer aux moyens de contraception classique est-elle vraiment fiable ?

VOIR AUSSI : Une nouvelle étude fait avancer la recherche sur la pilule contraceptive masculine

En effet, Natural Cycles est une application suédoise censée prédire les moments de fertilité d’une femme, et donc lorsqu’elle peut faire l’amour sans se protéger, sans risquer de tomber enceinte, le tout pour 65 euros par an. Comment ? L’utilisatrice a seulement besoin de prendre sa température corporelle avec une thermomètre de la marque, l'intégrer dans l'application, qui lui indiquera alors si elle est en période "à risque" ou non. L'appli est également utilisée en Europe, où elle est autorisée depuis 1 an.

Le problème, c'est qu’en janvier 2018, un hôpital de Stockholm a alerté sur le fait que 37 des 668 femmes ayant avorté récemment se fiaient justement à Natural Cycles. Depuis cette affaire, l'application — et plus particulièrement sa publicité —  fait l’objet d’une enquête au Royaume-Uni. 

Les jeunes comme cible marketing

En effet, Natural Cycles mène une stratégie marketing très agressive sur les réseaux sociaux, et même via des influenceurs, comme le rapporte The Next Web. Un problème, quand on sait que les jeunes générations y sont présentes en masse, et font généralement confiance aux applications légalement présentes sur les stores

Leah S. Millheiser, médecin et professeure à l’Université de Stanford, explique d’ailleurs au site américain Refinery29 qu’avec Natural Cycles, "il y a de grandes chances d’erreurs". "Les jeunes femmes qui n'ont pas de cycles réguliers, les oublis (parce que vous avez dormi quelque part sans votre thermomètre, par exemple) ou les relations sexuelles lors d'une 'journée fertile'" peuvent en effet mener à un grossesse non-désirée. "Et l’application ne peut pas prendre en compte tout cela", conclut la docteure.

En autorisant la commercialisation de Natural Cycles comme "forme de contraception", la FDA suit le chemin de ses voisins européens. Pour la première fois de son histoire, un organisme de réglementation de cette envergure donne raison à une application dite médicale, soumise à une forte controverse. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.