Accéder au contenu principal

Un médicament pour traiter la dépression post-partum des jeunes mères est en voie d'approbation

Scott Sherrill-Mix/Flickr

Pour la première fois, un traitement adapté à la dépression post-partum est en passe d'être validé par la FDA. Sommes-nous sur la voie d'une meilleure reconnaissance de cette maladie qui touche une femme sur sept ?

PUBLICITÉ

Après la naissance de leur enfant, 10 % à 20 % des mères sont touchées par la dépression post-partum : profonde tristesse, angoisses, anxiété, irritabilité, les symptômes de cette maladie sont bien connus mais pourtant peu traités. Comme l'explique Quartz, les femmes se voient souvent prescrire un traitement "classique" fourni lors de dépressions.

VOIR AUSSI : La France fait de moins en moins de bébés mais reste le pays le plus fécond d'Europe

La dépression post-partum est différente du baby blues. Si ce dernier ne dure que quelques jours après la naissance du bébé, la première quant à elle peut perdurer pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Il est alors proposé aux jeunes mamans (mais aussi aux jeunes pères, qui peuvent eux aussi être touchés par ce mal) des antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, comme le célèbre Prozac. Le problème ? La dépression post-partum n'est pas similaire à une dépression classique. Si elle partage certains symptômes, elle n'obéit pas au même mécanisme chimique.

C'est pourquoi Sage Therapeutics, une entreprise pharamaceutique américaine, a conçu un médicament spécialement destiné à cette maladie. En avril dernier, les chercheurs proposaient d'utiliser le Brexaolone comme traitement, après des tests couronnés de succès. La substance a donc été présentée à la Food and Drug Administration (FDA) – l'autorité de régulation des médicaments aux États-Unis –, afin d'obtenir son approbation. 

Comment ça marche ? 

L'acide γ-aminobutyrique – aussi appelé GABA – est un neuromodulateur qui empêche l'excitation prolongée des neurones. Lorsqu'une femme est enceinte, elle connaît une forte augmentation d'hormones comme les œstrogènes ou la progestérone, mais aussi un pic de stéroïdes appelés alloprégnanolones. Ces derniers sollicitent fortement les récepteurs GABA, qui se mettent en sommeil pour éviter d'être activés de manière excessive. 

Après la grossesse, les hormones et le stéroïde sont à nouveau produits à niveau normal tandis que les récepteurs GABA se réveillent pour assurer leur rôle. Mais dans certains cas, ils tardent à se réajuster, ce qui peut donc provoquer la dépression post-partum. 

Le Brexanolone pourrait donc pousser les récepteurs à remettre plus rapidement au travail. Injecté par intraveineuse (les chercheurs de Sage Therapeutics travaillent actuellement sur une pillule), le médicament a fait ses preuves lors de phases tests réalisées sur 246 femmes. Il ne reste plus qu'à attendre le verdict de la FDA, qui devrait être rendu d'ici la mi-décembre

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.