Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : un opposant menacé de mort en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition de Benalla : une situation embarrassante pour Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

Scandale de vaccins en Chine: une douzaine de têtes tombent

© AFP/Archives | Les autorités avaient découvert en juillet un processus de fabrication illégal de vaccins contre la rage dans un laboratoire pharmaceutique de la province du Jilin (nord-est)

PÉKIN (AFP) - 

Le Parti communiste chinois (PCC) a limogé ou fait démissionner une douzaine de responsables politiques après un retentissant scandale de vaccins défectueux qui a provoqué un tollé en Chine, a annoncé un média d'Etat.

Les autorités avaient découvert en juillet un processus de fabrication illégal de vaccins contre la rage dans un laboratoire pharmaceutique de la province du Jilin (nord-est). Pékin n'avait pas pu enrayer la colère de l'opinion malgré son contrôle étroit des réseaux sociaux.

L'entreprise Changchun Changsheng est soupçonnée d'avoir falsifié des registres de production et modifié des paramètres de fabrication. Quinze personnes ont été arrêtées en lien avec le scandale, dont la PDG de l'entreprise.

Les premières conséquences politiques se sont faites sentir jeudi, une dizaine de responsables ayant été démis de leurs fonctions, a indiqué l'agence Chine nouvelle.

Parmi eux: Jin Yuhui, le vice-gouverneur du Jilin, où est basé le laboratoire incriminé. Il était chargé de la supervision des aliments et des médicaments dans la province.

La décision a été validée lors d'une réunion du Comité permanent du Bureau politique du PCC, l'instance de sept membres qui détient la réalité du pouvoir en Chine et est dirigée par le président chinois Xi Jinping.

"Ceux qui violent la loi et mettent en danger la sécurité publique, notamment en matière de vaccins et de médicaments, doivent être sévèrement punis", a indiqué Chine nouvelle, citant les conclusions de la réunion.

Les dirigeants ont également exigé la démission de trois autres responsables: le vice-président de l'assemblée provinciale, le maire du chef-lieu provincial Changchun, et le vice-directeur de l'Administration nationale de la régulation du marché.

Huit autres responsables provinciaux et municipaux ont été démis de leurs fonctions par la branche locale du PCC dans la province du Jilin, a annoncé vendredi Chine nouvelle.

Dès le début du scandale, Xi Jinping avait dénoncé les pratiques "odieuses et choquantes" de la compagnie pharmaceutique. Et une inspection nationale des laboratoires de production de vaccins avait été engagée. Mais de nombreux parents disent n'avoir plus confiance dans les vaccins administrés à leurs enfants.

© 2018 AFP