Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : "Nouvelle droite", vieilles idées ?

En savoir plus

Afrique

Mali : le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta officiellement élu pour un second mandat

© Issouf Sanago, AFP | Le second mandat d'IBK débutera le 4 septembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/08/2018

Sans surprise, la Cour constitutionnelle du Mali a officiellement validé lundi la réélection du président Ibrahim Boubacar Keita, rejetant les accusations de fraudes du candidat de l'opposition, Soumaïla Cissé.

Le président malien sortant Ibrahim Boubacar Keïta a été officiellement déclaré vainqueur de l'élection présidentielle et entamera son second mandat de cinq ans le 4 septembre, a annoncé lundi 20 août la Cour constitutionnelle du Mali, dont la décision est sans appel.

"Je proclame élu" Ibrahim Boubacar Keïta, a déclaré la présidente de la Cour constitutionnelle, Manassa Danioko. Selon la haute juridiction, qui a rejeté tous les recours qui lui avaient été soumis, IBK, 73 ans, a obtenu 67,16 % des suffrages lors du second tour le 12 août, contre 32,84 % pour Soumaïla Cissé, un ancien ministre des Finances de 68 ans qui n'a jusqu'ici pas encore reconnu sa défaite. Il avait même assuré avoir "remporté cette élection avec 51,75 %" des suffrages.

Pour son second mandat, Ibrahim Boubacar Keïta aura en priorité la lourde tâche de relancer l'accord de paix conclu en 2015 avec l'ex-rébellion à dominante touareg.

L'accord avait été signé après l'intervention de l'armée française qui, en 2013, avait repris le contrôle du nord du Mali, où les jihadistes avaient instauré la charia pendant un an.

Sa mise en oeuvre accumule les contretemps et n'a pas empêché les violences de se propager du nord vers le centre du pays et vers le Burkina Faso et le Niger voisins

Avec AFP

 

Première publication : 20/08/2018

  • MALI

    Présidentielle au Mali : Cissé conteste la victoire de Keïta

    En savoir plus

  • MALI

    Le chef d'État sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, réélu pour cinq ans au Mali, l'opposition conteste

    En savoir plus

  • MALI

    Présidentielle au Mali : faible participation et des violences qui ont fait un mort

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)