Accéder au contenu principal

Le Maroc rend obligatoire le service militaire

Des militaires marocains lors d'un défilé, le 14 mai 2006 à Rabat.
Des militaires marocains lors d'un défilé, le 14 mai 2006 à Rabat. Abdelhak Senna, AFP

Le gouvernement marocain a décidé de rétablir un service militaire obligatoire d'un an pour tous les jeunes de 19 à 25 ans. Cela n'était plus le cas depuis 2006.

PUBLICITÉ

Le conseil des ministres marocain a approuvé lundi 20 août un projet de loi rétablissant le service militaire obligatoire pour les hommes et femmes âgés de 19 à 25 ans. Ce service militaire durera 12 mois, précise le communiqué lu par le porte-parole du palais, Abdelhak Lamrini.

Il avait été supprimé au Maroc fin août 2006. Déjà d'une durée d'un an, il concernait les hommes de 20 à 35 ans et était ouvert sur la base du volontariat aux jeunes filles de 20 à 27 ans, célibataires et sans enfants à charge.

"Promouvoir le patriotisme chez les jeunes"

Le projet de loi, qui entrera en vigueur une fois sa publication dans le bulletin officiel, établira des exemptions ainsi que les droits et les responsabilités des participants au service militaire. Il est fixé comme objectif de "promouvoir le patriotisme chez les jeunes", avec comme cadre "la corrélation entre les droits et les devoirs de la citoyenneté".

Cette mesure a été annoncée en même temps qu'une réforme de l'éducation qui prévoit de scolariser les enfants à partir de 4 ans, de rendre l'enseignement obligatoire jusqu'à 16 ans (au lieu de 15 actuellement) avec un nouveau modèle pédagogique plus performant. "Nous ne devons plus accepter que notre système éducatif fonctionne comme une machine à fabriquer des légions de chômeurs", a souligné le roi Mohammed VI lundi soir dans un discours à la Nation, en disant sa "consternation" face au taux du chômage élevé des jeunes "en dépit du niveau de croissance économique" - 4 % en 2017 contre 1,2 % en 2016.

Le chômage touche plus de quatre jeunes urbains sur dix, selon les données du Haut commissariat au Plan (HCP), l'institut national des statistiques. Le décrochage scolaire concerne deux jeunes sur trois, le taux de chômage moyen avoisine les 20 %, la moitié des jeunes qui travaillent occupent des postes à bas salaires et 75 % n'ont aucune couverture sociale, selon une récente analyse publiée par le Conseil économique et social marocain (CESE).

Ces annonces interviennent alors que nord du pays est le théâtre depuis 2016 d'importantes manifestations contre la pauvreté, à laquelle participent de nombreux jeunes, et qui se sont étendues ces derniers mois à l'est du pays.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.