Accéder au contenu principal

Procès Cohen : Trump discrédite son ex-avocat et nie toute violation des lois électorales

Michael Cohen (à gauche) et Donald Trump (à droite)
Michael Cohen (à gauche) et Donald Trump (à droite) Nicholas Kamm, Mark Wilson, AFP

Le président américain Donald Trump a accusé, mercredi, son ex-avocat Michael Cohen d'avoir "inventé" des faits en plaidant coupable devant un juge de Manhattan, affirmant que certaines infractions n'étaient "pas un crime".

Publicité

"Ce n'est pas un crime". C'est par ces mots que le président américain, Donald Trump, a réagi, mercredi 22 août, pour qualifier les accusations de violations des règles de financement électoral pour lesquelles son ancien avocat a pourtant plaidé coupable.

Pour Donald Trump violer les lois électorales n'est pas un crime

"Le président Obama s'est rendu responsable d'une grave infraction au financement électoral et cela fut réglé facilement !", a ajouté le président américain, qui s'est employé à minimiser les déboires judiciaires de deux anciens lieutenants.

>> lire aussi : Michael Cohen, ex-avocat de Donald Trump, plaide coupable et implique le président

Michael Cohen, 51 ans, a plaidé coupable de huit chefs d'accusation dont celui d'avoir versé en 2016, 130 000 et 150 000 dollars à deux femmes affirmant avoir eu une liaison avec Donald Trump en échange de leur silence pendant la campagne électorale américaine et ce "à la demande du candidat" et "avec l'intention d'influencer l'élection".

Le respect "présidentiel" pour Manafort

Cet aveu est une réelle bombe pour Donald Trump qui pourrait-être fragilisé. Mais le patron de la Maison Blanche refute ces accusations et accuse son ancien avocat dans un tweet d'avoir "inventé" ces faits dans le but d'obtenir "un deal".  Michael Cohen risque jusqu'à 65 ans de prison. Le verdict est attendu pour le 12 décembre.

Trump réagit sur Twitter suite aux ennuies judiciaires de deux de ses anciens collaborateurs

Le président américain a cependant apporté son soutien à Paul Manafort. Cet autre proche de Donald Trump, ancien directeur de campagne a été jugé coupable mardi de fraude fiscale et bancaire pour huit des 18 chefs d'inculpation. Les enquêteurs l'accusent d'avoir dissimulé plus de 16 millions de dollars au fisc et d'avoir obtenu frauduleusement 20 million de prêts bancaires. Malgré cela, celui qui risque jusqu'à 30 ans de prison, a tout le "respect" de Donald Trump.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.