Accéder au contenu principal

Sur Twitter, des "ambassadeurs" d'Amazon vantent leurs excellentes conditions de travail

Un entrepôt Amazon à Rheinberg, en Allemagne, en 2011.
Un entrepôt Amazon à Rheinberg, en Allemagne, en 2011. Horacio Villalobos - Corbis / Contributeur / Getty Images

Amazon assure que de vrais employé.e.s sont derrière ces comptes.

PUBLICITÉ

Sur Twitter, Thomas, Carol, Michelle ou encore Shauntrelle ne tarissent pas d'éloges sur leur employeur, Amazon, pourtant régulièrement critiqué pour les conditions de travail de ses salariés. Ces "ambassadeurs" sont accusés d'être de faux comptes gérés par le géant de la vente en ligne, et sont moqués par les internautes.

VOIR AUSSI : Manque d’eau, blessures : dans les entrepôts d’Amazon du Royaume-Uni, le Prime Day aurait suscité une vague de plaintes des employés

Repérés par le Guardian, ces comptes ont très peu d'abonnés, quelques dizaines tout au plus. Ils ne sont pas non plus très nombreux, mais ont posté suffisamment de tweets (200 chacun environ) pour se faire remarquer. 

Dans ces tweets, celles et ceux qui se présentent comme des "ambassadeurs" d'Amazon vantent leurs conditions de travail dans l'entreprise et répondent aux internautes qui se plaignent des leurs. "J'ai vraiment eu une bonne expérience en travaillant avec [Amazon]", dit par exemple Carol en réponse à Mandy, une internaute qui, après avoir visionné "un nombre incalculable de vidéos" sur les conditions de travail de l'entreprise, a décidé qu'elle n'achèterait plus rien sur le site.

À Lora, un certain Phil répond : "Je ne peux pas parler pour les autres, mais dans mon usine, je suis bien traité – ma sécurité / mon bien-être sont une priorité pour mes managers. Le bâtiment est propre et j'ai de bons avantages – une assurance médicale complète depuis mon premier jour."

Blessures et temps de pause restreints

Ces commentaires élogieux contrastent avec les plaintes d'employés qui se multiplient depuis quelques années. En juillet lors du dernier "Prime day" (un jour de soldes réservé aux abonnés Amazon Prime), de nombreux salariés britanniques ont ainsi transmis leurs doléances à la direction de la firme de Seattle, affirmait dans un article le magazine Wired. Ils faisaient état de crampes d’estomac, d’entorses, de blessures musculo-squelettiques résultant d’un surmenage, mais aussi d’un manque d’accès à l’eau, de collations de mauvaise qualité et de temps de pause trop courts.

Des comptes alimentés par une armée de communicants ?

Des internautes estiment que les comptes des ambassadeurs, qui présentent des similitudes indéniables – chacun liste sa passion pour "les abeilles", "les motos", "la cuisine" ou "les chats", chacun indique son poste, l'entrepôt dans lequel il travaille et son ancienneté par exemple – sont en fait alimentés par une armée de communicants.

Ty Rogers, le porte-parole d'Amazon, a pourtant expliqué au Guardian qu'il s'agissait "d'employés qui comprennent ce que représente vraiment le fait de travailler dans [leurs] entrepôts". "La chose la plus importante à retenir, c’est qu’ils y ont travaillé suffisamment longtemps pour partager des faits basés sur leur expérience personnelle. Il est primordial que nous fassions un travail efficace d’éducation autour de l’environnement réel de nos entrepôts. Les ambassadeurs sont une grosse partie de ce projet, tout comme les visites des centres que nous proposons", a-t-il expliqué ensuite, refusant de détailler davantage l'historique de ces comptes, et refusant de s'exprimer sur un éventuel bonus qu'auraient pu toucher les employés concernés.

Des comptes parodiques ont déjà été créés sur Twitter, à l'image de celui de Seto Kaiba, faux "ambassadeur", dont le profil indique : "Aidez-moi je suis coincé dans un secteur dans l'ombre et forcé à emballer des paquets indépendamment de ma volonté". Pas sûr que celui-ci reçoive un bonus.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.