Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Erythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : divorce à l'amiable avec Bruxelles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"8, avenue Lénine" : le parcours du combattant d'une femme rom en France

En savoir plus

FOCUS

La minorité arménienne de Syrie se reconstruit à Erevan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Yémen : la guerre décryptée

En savoir plus

FACE À FACE

Le mouvement des "gilets jaunes", entre grogne civile et récupération politique

En savoir plus

L’invité du jour

Titouan Lamazou : "Aller à la rencontre de l'infinie diversité de l'humanité"

En savoir plus

Découvertes

Aux États-Unis, une association offre des "free mom hugs" aux homosexuels rejetés par leurs familles

© Instagram / Free Mom Hugs | Sarah Cunningham en train de faire un câlin à un jeune lors d'une gay pride aux États-Unis.

Texte par France 24 Découvertes

Dernière modification : 28/08/2018

Sa fondatrice, Sara Cunningham, a même proposé de devenir une mère de substitution lors de mariages du même sexe rejetés par les mamans biologiques des marié.e.s.

Sara Cunningham est une "femme croyante qui vit dans une ville conservatrice", comme elle le dit elle-même. Alors lorsque que son fils de 21 ans lui a annoncé son homosexualité il y a quelques années, il lui a fallu un peu de temps pour être "okay" avec ça.

VOIR AUSSI : Deux nonnes éprises l'une de l'autre ont quitté l'Église pour se marier en Italie

"Je sais que ça a l’air horrible comme ça, mais j’avais l’impression que je devais choisir entre mon enfant et ma foi. J’avais l’impression que c’était une offense ultime. Je ne savais pas vers qui me tourner. Je pensais que j’étais la seule maman d’Oklahoma avec un enfant gay", raconte-t-elle à CBS News.

Des mamans, des papas et même des pasteurs

Pourtant quelques années plus tard, et grâce à une prise de conscience alors qu’elle accompagnait son fils à la marché des fiertés de leur ville, Sara Cunningham a monté l’association "Free Mom Hugs". Suivie par des dizaines de milliers de personnes sur les réseaux sociaux, elle parcourt les gay prides des États-Unis pour offrir des câlins gratuits de mamans, mais aussi de papas et même de pasteurs, à tous les enfants LGBTQ rejetés par leurs familles pour leur sexualité. Si environ 3 000 mamans et papas ont rejoint son mouvement, Sara Cunningham ne s’est pas arrêtée là.

Elle a écrit un livre dans lequel elle partage son histoire, "How We Sleep at Night: A Mother's Memoir", et a été ordonné afin de pouvoir officier des mariages LGBT. C’est d’ailleurs en célébrant ces unions que l’idée de devenir une "mère de substitution" lui est venue. "Si vous avez besoin d’une maman pour assister à votre mariage du même sexe parce que votre maman biologique ne viendra pas, appelez moi, je suis là", a-t-elle posté sur Facebook.

"Ce message m’est venu après avoir entendu les témoignages de plusieurs couples homosexuels, comment leurs parents refusaient d’assister à leur mariage, ou même de reconnaître leurs relations", a raconté Sara Cunningham à Buzzfeed. Et la parole de cette maman a été entendue au-delà des frontières de son pays à en voir les commentaires sous ce post largement partagé. Des internautes du monde entier proposent à leur tour de devenir des "mères de substitution" pour tous ceux qui en auraient besoin.

À l’heure où le pape François a incité les parents d’enfants homosexuels à recourir à la psychiatrie, le combat de Sara Cunningham semble plus important que jamais.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 28/08/2018