Accéder au contenu principal

L'Écosse va rendre gratuits les tampons et serviettes hygiéniques pour les étudiantes

altrendo images / Getty Images

C'est un pas supplémentaire pour le gouvernement écossais, qui avait déjà pris ces derniers mois d'autres mesures contre la précarité menstruelle.

PUBLICITÉ

Les règles ne sont pas seulement douloureuses ou handicapantes. Elles coûtent également très cher aux femmes. Selon un calculateur développé par la BBC, ces dernières achèteraient en moyenne 10 000 protections hygiéniques au cours de leur vie, pour un coût total de 2 000 euros. L'Écosse, réputée pour être particulièrement progressiste sur ce point, aimerait changer cela.

VOIR AUSSI : L'Australie est en passe de retirer sa taxe sur les protections périodiques

Un centre commercial d'Edimbourg, selon le journal local Edinburgh News, a testé un dispensaire offrant aux personnes à faibles revenus des tampons ou serviettes gratuites. Une initiative, qui fait suite à des campagnes de sensibilisation menées par des associations, mais aussi à l'attitude du gouvernement. 

Le gouvernement écossais, en effet, s'engage depuis plusieurs mois à financer les produits hygiéniques de ses habitantes les plus démunies, ainsi qu'à éduquer davantage sa population au sujet des menstruations. Le pays avait financé en septembre 2017 un programme pilote. Pendant six mois, des milliers de femmes en situation de précarité avaient alors pu bénéficier de protections gratuites à Aberdeen, troisième plus grande ville du pays.

Un budget de 5 millions de livres

Un budget de 5,2 millions de livres (environ 5,8 millions d'euros) va être alloué à une nouvelle mission, à savoir le ravitaillement en tampons et serviettes de quelque 395 000 jeunes filles et femmes qui étudient dans une école primaire, un collège, un lycée ou une université. Le gouvernement dit être le premier pays au monde à prendre une telle mesure – dont on ne sait pas si elle concernera aussi les enfants déscolarisés à terme.

Des parlementaires se sont félicités de la nouvelle, à l'image d'Aileen Campbell, membre du Scottish National Party. "Dans un pays aussi riche que l'Écosse, c'est inacceptable que quinconque doive se battre pour acheter des produits sanitaires basiques. Je suis fière que l'Écosse prenne une action qui soit une première dans le monde pour combattre la pauvreté menstruelle", a-t-elle expliqué. 

Ne reste plus qu'à attendre de voir si les autres pays s'inspireront de l'exemple écossais. En France, la taxe sur les produits hygiéniques avait été abaissée en 2015 à 5,5 %, suite à la mobilisation d'associations (une baisse qui ne s'est malheureusement pas toujours répercutée sur les prix des produits). La ville de Paris, par ailleurs, a mis en place des boîtes où chacun.e peut déposer des tampons ou serviettes, qui sont ensuite redistribués par le Samu social.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.