Accéder au contenu principal

L'armée russe organisera en septembre ses plus grandes manœuvres depuis 1981

Yuri Kadobnov, AFP

La Russie va organiser en septembre ses plus grandes manœuvres militaires depuis les années 1980, impliquant près de 300 000 soldats, a annoncé mardi le ministre russe de la Défense. Des unités chinoises participeront aux exercices.

PUBLICITÉ

La Russie organisera le mois prochain ses plus importantes manœuvres militaires depuis près de 40 ans, impliquant près de 300 000 soldats, et avec la participation de l’armée chinoise, a annoncé mardi le ministre de la Défense Sergueï Choïgou.

L'exercice, baptisé "Vostok-2018" (Est-2018), se déroulera du 11 au 15 septembre dans des régions militaires du centre et de l'est de la Russie et réunira, en plus des soldats, plus de 1 000 avions, deux escadres de la marine russe et tous les régiments aéroportés.

"Imaginez 36 000 engins militaires se déplaçant en même temps : des chars, des blindés de transport de troupes, des véhicules de combat d'infanterie. Et tout cela, bien sûr, dans des conditions aussi proches d'une situation de combat que possible", s'est enthousiasmé le ministre proche du président Vladimir Poutine, cité par les agences russes.

Des unités de l'armée chinoise et de l'armée mongole participeront également à ces manœuvres. La Chine et la Russie ont déjà mené des exercices militaires conjoints par le passé, mais jamais à une telle échelle.

Moscou s'est récemment inquiété du renforcement des unités de l'Otan en Europe de l'Est, à la frontière occidentale de la Russie. L'Alliance atlantique justifie cette mesure par la menace que ferait peser l'armée russe sur cette région, après l'annexion de l'Ukraine en 2014 et le soutien apporté par Moscou aux séparatistes ukrainiens prorusses.

Des attitudes "souvent agressives et hostiles"

Le précédent exercice de cette ampleur de l'armée russe remonte à 1981, quand l'armée soviétique avait organisé les manœuvres Zapad-81 (Ouest-81).

"Par certains aspects, Vostok-2018 sera une répétition de Zapad-81, mais à une bien plus grande échelle", a confié Sergueï Choïgou lors d'une visite dans la République de Khakassie, dans le sud de la Sibérie.

Interrogé sur le coût de telles manœuvres en période de difficultés économiques, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné la nécessité d'assurer la sécurité du pays face à des attitudes "souvent agressives et hostiles" dans le contexte international actuel.

Le porte-parole de l'Otan Dylan White a indiqué que l'Alliance avait été informée en mai de la prochaine tenue de ces manœuvres, auxquelles des attachés militaires de pays de l'Otan ont été invités en tant qu'observateurs, proposition actuellement à l'étude.

Avec Reuters

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.