Accéder au contenu principal

La pollution de l'air pourrait être responsable d'une réduction du QI

Le 30 janvier 2018, à Shanghai, les habitants ont fait face à un brouillard de pollution.
Le 30 janvier 2018, à Shanghai, les habitants ont fait face à un brouillard de pollution. VCG/VCG via Getty Images

En plus de réduire nos compétences cognitives et d'altérer nos fonctions respiratoires, la pollution de l'air aurait également des incidences sur notre QI.

PUBLICITÉ

Augmentation des symptômes respiratoires, stress oxydatif, altération de la fonction cardiaque... On connaissait déjà les impacts de la pollution de l'air sur la santé. Mais voilà que selon une étude relayée par The Guardian et menée en Chine, la dégradation de l'air aurait également des conséquences sur notre quotient intellectuel. 

VOIR AUSSI : La banquise au nord du Groenland, "qu’on pensait solide", se morcelle pour la première fois

En effet, des niveaux de pollution élevés seraient responsables d'une baisse de niveau dans les performances en tests de langue et d'arithmétique, équivalente à une année de formation dans l'éducation d'une personne.

Chute du QI lors de pics de pollution

"C'est énorme. Mais l'effet est pire encore quand il s'agit d'une personne âgée, surtout lorsqu'elle a plus de 64 ans, ou quand il s'agit d'une personne disposant déjà d'un faible bagage culturel", fait remarquer Xi Chen, membre de l'équipe de recherche de l'école de recherche sanitaire de Yale, aux États-Unis.

Chaque année, la pollution de l'air cause déjà la mort prématurée de 7 millions de personnes. Mais c'est la première fois qu'une étude établit un lien direct entre ce problème écologique et les compétences intellectuelles des habitants. L'expérience, dont on peut consulter le déroulé dans le journal scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, a été conduite sur 20 000 personnes à travers la Chine entre 2010 et 2014. Les chercheurs ont mis en parallèle les résultats des tests avec les niveaux de dioxyde d’azote et de dioxyde de soufre. Il apparaît que les sujets les plus exposés à la pollution de l'air sont également ceux qui ont le moins bien réussi les tests. Surtout, d'une année à l'autre, un même sujet pouvait avoir de moins bons résultats selon les pics de pollution.

Toujours selon Xi Chen, il est donc urgent que les autorités chinoises prennent des mesures pour endiguer ce problème atmosphérique, lequel peut avoir des conséquences particulièrement dommageables dans certains contextes, par exemple dans le cas où des étudiants passent un concours un jour fortement pollué.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.