Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Liban : bienvenue à Centrale-électrique-sur-Mer !

Les navires à combustibles amarrés le long de la côte libanaise provoquent de sérieux dommages environnementaux.
Les navires à combustibles amarrés le long de la côte libanaise provoquent de sérieux dommages environnementaux. Leila Molana-Allen / FRANCE 24

Pour pallier les pénuries électriques qui affectent le Liban, le gouvernement recourt à des navires à combustibles amarrés le long de sa côte. Reportage à Zouk Mikael, où ces usines flottantes provoquent de sérieux dommages environnementaux.

PUBLICITÉ

“Quand il y a du vent, on ne peut pas travailler. On ne peut pas marcher. On ne peut pas respirer." Le docteur Michel Aziz est membre de la Commission santé et environnement de Zouk Mikael. Et comme de nombreux habitants de cette ville côtière du Liban, située à 20 km au nord de Beyrouth, l’amarrage tout récent d’un deuxième bateau de production électrique le préoccupe. "C’est très, très, très dangereux, martèle-t-il. Encore plus qu’avant."

Avant, c’était il y a cinq ans. Lorsque seule la centrale électrique de Zouk Mikael voilait l’horizon de sa fumée. Mais, depuis, deux embarcations à combustible sont venues accroître la capacité de production de la vieillissante usine, dont les deux gigantesques cheminées rouges et blanches dominent le front de mer depuis les années 1960. En raison d'un monopole, Électricité du Liban (EDL) est la seule entreprise autorisée à produire de l'électricité dans le pays. Mais depuis la fin de la guerre civile libanaise, il y a près de trente ans, le groupe, détenu par l’État, n'a pas été en mesure de suivre le rythme d’une demande toujours plus forte.

Ces usines flottantes sont censées pallier les pénuries d’électricité qui affectent le Liban de manière chronique. Dans certaines régions du pays, les coupures de courant peuvent durer jusqu’à 18 heures par jour. En été, l’utilisation massive de ventilateurs et de climatiseurs aggrave la situation. Seuls les générateurs, extrêmement coûteux et gérés par des gangs locaux, permettent de bénéficier d’une électricité permanente.

"Un succès, mais avec plus de pollution"

Zouk Mikael a accueilli sa première barge en 2013. Arrivé de Turquie, le Fatmagul Sultan a permis à EDL de fournir entre 14 et 18 heures par jour, contre six auparavant. La mise en service, il y a quatre semaines, d’Esra Sultan, la deuxième embarcation, doit faire le reste. Désormais, le site de Zouk Mikael est en mesure de fournir de l’électricité 24 heures sur 24 dans tous les foyers des environs. En comptant les deux autres navires hydroélectriques mouillant sur la côté libanaise, les barges à moteur représentent aujourd’hui le quart de la capacité de production électrique du pays.

{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}

Dotées de dix hautes cheminées chacune, ces imposantes embarcations sont la propriété de la société turque Karadeniz. Le gouvernement libanais fournit le mazout lourd et le diesel puis paie à l’entreprise l’électricité produite. "Nous avons accepté les barges ici parce qu'on nous a dit que cela nous donnerait [de l'électricité] 24 heures sur 24", explique le maire de Zouk Mikael, Elias Baino. Cela a été un succès, mais avec plus de pollution."

Les riverains ont certes davantage d’électricité à disposition, mais ils ne comprennent toujours pas pourquoi le gouvernement a commandé la seconde barge, alors qu’ils n’ont cessé de se plaindre des dommages environnementaux causés par la première. Certains habitants de la région affirment même que l’arrivée d’Esra Sultan n’a rien changé chez eux. "Je vis à 2,5 km de la barge et j'ai à peine l’électricité", explique Marcos Brundy, qui vit dans le district voisin de Zouk Mosbeh. Vous comprenez comme cela peut être frustrant de se prendre l'air toxique mais de ne rien recevoir en retour ?"

"L’air est lourd quand tu arrives dans le coin"

De fait, beaucoup sont ceux qui commencent à se plaindre du prix environnemental à payer. Difficile en effet d’ignorer les colonnes de fumée noire recrachées par les navires à combustibles. "D’abord, il y a l’odeur. Puis lorsqu’on se rapproche de Zouk, il devient difficile de respirer", constate Sacha Dia, qui dit souffrir d’asthme depuis son emménagement dans la région. "L’air est lourd quand tu arrives dans le coin, tu respires lourdement. Tu ressens l’odeur et le goût du dioxyde de carbonne."

"Ici, la pollution est l'une des plus élevées au Liban, déclare Elias Baino. Nous rencontrons de graves problèmes : respirations altérées, cancers. Les hôpitaux de la région rapportent qu’ils reçoivent quotidiennement des patients ayant des problèmes respiratoires."

Des données récoltées par l'hôpital local de Notre-Dame montrent que durant les années 1990, soit trente ans après la construction de la centrale, près de la moitié des hospitalisations étaient dues à des problèmes respiratoires. S’il est difficile aujourd’hui d’obtenir des statistiques fiables, le maire est persuadé que le lancement de la première barge électrique en 2013 a aggravé la situation. L’édile de Zouk Mikael et ceux des communes voisines ont plusieurs fois alerté le gouvernement. En vain. "Tous les jours nous lui écrivons : ‘problèmes de santé, de respiration’, dit Elias Baino, les yeux baissés. Tous les jours, nous l’alertons. Il sait tout cela."

"Ce n'est pas l'électricité que je veux"

Pour beaucoup d’observateurs de la vie politique libanaise, les choses ne sont pas près de changer. "Ces 10 dernières années, le ministère de l’Énergie n’a jamais mené une politique efficace en matière d’électricité. Il n'a jamais œuvré pour obtenir l’électricité la moins chère, la moins polluante ou la mieux adaptée. Chaque fois, il n’a envisagé les choses qu’à court terme, commente Patrick Mardini, président-fondateur de l’Institut libanais d’études de marché. Or seules les barges peuvent fournir de l'électricité dans les trois mois."

Mais tous, au Liban, ne voient pas les barges d’un mauvais œil. Après tout, ne répondent-elles pas aux besoins d’une population jusqu’alors privée d’électricité ? Dans un pays en proie à la pollution automobile, aux problèmes de gestion des ordures ménagères et aux émissions toxiques des générateurs locaux, il ne s’agit là que d’une couche de fumée supplémentaire à inhaler…

"Je comprends ceux pour qui la question environnementale est importante, mais préfèrent-ils vivre sans électricité ?", interroge Marcos Brundy. Pour Sacha Dia, le problème des barges est, en fait, une question de priorité : "Ce n’est pas l’électricité que je veux. Si je dois mourir dans 20 ans pour avoir cette électricité, alors je n’en veux pas".

Alors que les habitants débattent des bénéfices et inconvénients apportés par les bateaux à combustibles, le gouvernement libanais, lui, s’apprête à se lancer dans une toute autre discussion : celle autour du prochain appel d’offres concernant l’installation de deux nouvelles barges. Contacté par nos soins, Électricité du Liban n’a, quant à elle, pas répondu à nos sollicitations.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.