Accéder au contenu principal

Allemagne : nouveau rassemblement anti-immigration à Chemnitz

Rassemblement anti-migrants à Chemnitz, dans l'est de l'Allemagne, jeudi 30 août 2018.
Rassemblement anti-migrants à Chemnitz, dans l'est de l'Allemagne, jeudi 30 août 2018. Odd Andersen, AFP

Jeudi à Chemnitz, dans l'est de l'Allemagne, ils étaient des centaines à se rassembler à nouveau contre la politique migratoire allemande, cette fois dans le calme, quatre jours après le meurtre d'un homme qui aurait été tué par un jeune Irakien.

PUBLICITÉ

Plusieurs centaines de militants anti-immigration, brandissant des drapeaux allemands, chantant l'hymne national, et promettant de "résister" et de "défendre l'avenir de [leurs] enfants", se sont regroupés devant le stade de Chemnitz, dans l'est de l'Allemagne jeudi 30 août, à l'appel d'un groupuscule local d'extrême droite "Pro Chemnitz". Depuis dimanche et le meurtre d’un homme présenté sous le nom "Daniel H.", des manifestations xénophobes ont éclaté dans ce fief des mouvements anti-immigrants Pegida et AfD (Alternative pour l'Allemagne, extrême droite).

"Ordre et sécurité", pouvait-on lire sur les calicots, ou encore "Le peuple se lève". "Tous les jours, je vois des gens âgés, des jeunes défavorisés, des Allemands, et quand on voit tout ce que les demandeurs d'asile obtiennent, je ne veux pas en dire plus, ce n'est pas étonnant que les gens explosent", dit à l'AFP un des participants.

>> À lire sur France 24 : "En Saxe, l’extrême droite allemande à l’aise dans ses rangers"

Les protestataires se sont rassemblés à proximité d'une réunion qu'organisait le chef du gouvernement de Saxe, Michael Kretschmer, membre de la CDU, parti de centre droit de la chancelière Angela Merkel, et la maire sociale-démocrate de Chemnitz, avec des habitants de Chemnitz pour tenter de ramener le calme. Ce "dialogue citoyen" organisé par les autorités locales avec des habitants inquiets de la situation, se déroulait dans un bâtiment à l'intérieur du complexe sportif.

Michael Kretschmer a demandé une minute de silence à la mémoire de la victime de dimanche 26 août et promis que toute la lumière serait faite sur ce crime, tout en promettant que "ceux qui défilent en ville en faisant le salut hitlérien" seront aussi condamnés.

Contrairement aux dernières manifestations de dimanche et lundi dans cette ville saxonne de l'ex-RDA, l'action organisée jeudi soir s'est cette fois déroulée sans incident. Les "chasses collectives" contre les étrangers organisées par des sympathisants d'extrême droite dimanche dans les rues de Chemnitz, dans l'ex-RDA, puis les violences qui ont marqué lundi soir un nouveau rassemblement d'environ 6 000 d'entre eux – dont plusieurs ont défilé en faisant le salut hitlérien et ont affronté des contre-manifestants de gauche, faisant une vingtaine de blessés – constituent un choc pour le pays.

Police en renfort

La police du Land de Saxe a reçu des renforts venus de toute l'Allemagne pour mettre fin aux violences qui ont éclaté dimanche soir. La police a été critiquée pour avoir semblé souvent débordée mais aussi en raison des soupçons de collusion avec la droite ultra dans ses propres rangs ou dans ceux de la justice locale. De leur côté aussi, les rangs des manifestants anti-immigration ont grossi : au nombre de 800 environ dimanche soir, ont été rejoints par des milliers de militants d'extrême droite venus d'autres régions d'Allemagne, a dit la police.

Un étranger de 20 ans a été agressé mercredi soir par trois individus à Wismar, dans le nord de l'Allemagne, a annoncé la police. Le jeune homme, dont la nationalité n'a pas été précisée, rentrait chez lui à pied lorsqu'il a été interpellé par trois personnes qui lui ont lancé des insultes à caractère xénophobe puis l'ont frappé au visage et au corps, notamment à l'aide d'une chaîne de vélo, avant de lui donner des coups de pied au sol. Le migrant a le nez cassé et des contusions sur le visage et la partie haute du corps.

>> À lire sur France 24 : " Allemagne : un verdict pour tourner la page sanglante des néonazis du NSU"

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a qualifié mercredi 29 août ces manifestations de "choquantes". "Je pense qu'il est fondamentalement important que les responsables politiques de toute l'Europe dénoncent cela", a déclaré Zeid Ra'ad Al Hussein. "La haine dans la rue" n'a pas sa place en Allemagne, a mis en garde la chancelière Angela Merkel, mardi.

Fuite organisée d'un document

La justice a ouvert mercredi une enquête sur la fuite d'un mandat d'arrêt visant l'un des suspects du meurtre, un Irakien de 22 ans, la diffusion de ce document censé rester confidentiel ayant pu être commise à dessein pour jeter de l'huile sur le feu et alimenter la haine contre les migrants.

Jeudi soir, un gardien de prison, employé par le ministère saxon de la Justice, a révélé être à l'origine du scandale sur la fuite de documents judiciaires confidentiels – un mandat d'arrêt – concernant l'enquête sur l'homicide au couteau qui a mis dimanche le feu aux poudres. L'homme, Daniel Zabel, a dit avoir voulu ainsi faire en sorte que "le public sache ce qui s'est passé", accusant les médias de "manipuler" la vérité et les autorités de "mentir" à la population. Il avait transmis le mandat d'arrêt à un groupe d'extrême-droite local, qui l'avait lui diffusé sur les réseaux sociaux.

Le gouvernement régional l'a immédiatement suspendu et il risque la prison. Il a en revanche été fêté en héros par l'extrême droite sur les réseaux sociaux et lors de la manifestation de Chemnitz, où l'un des orateurs jeudi soir l'a comparé au lanceur d'alerte Edward Snowden.

Le document donnait des détails sur l'agression, la victime ayant été frappée de cinq coups de couteau au thorax, mais aussi l'identité et l'adresse du suspect principal irakien, un demandeur d'asile, ainsi que les noms de témoins.

Élections régionales en octobre

La droite ultra fait depuis des mois campagne sur le thème des crimes commis par des étrangers en Allemagne, accusant la chancelière Angela Merkel d'en être responsable pour avoir ouvert les portes de son pays à plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015 et 2016, provenant principalement de Syrie et d'Irak.

Une stratégie de la tension qui semble porter électoralement ses fruits : l'AfD talonne désormais le parti social-démocrate dans les sondages derrière les conservateurs d'Angela Merkel, avec des élections régionales qui se profilent en Bavière et en Hesse en octobre 2018.

>> À lire sur France 24 : "Steve Bannon, futur grand ordonnateur des partis d’extrême droite européens ?"

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.