Accéder au contenu principal

Sénégal : Karim Wade interdit de se présenter à l'élection présidentielle

Karim Wade, fils de l'ancien président Abdoulaye Wade, est un candidat déclaré à la présidence du Sénégal.
Karim Wade, fils de l'ancien président Abdoulaye Wade, est un candidat déclaré à la présidence du Sénégal. Seyllou, AFP

La Cour suprême a rejeté, jeudi, le pourvoi de l'opposant Karim Wade contre sa radiation des listes électorales. Son avocat reste cependant optimiste sur les chances de son client de concourir à la présidentielle, qui se tiendra le 24 février.

Publicité

"Pourvoi rejeté", a laconiquement déclaré le président de la Cour suprême du Sénégal. Jeudi 30 août, l'opposant Karim Wade a vu la plus haute juridiction du pays rejeter son pourvoi concernant sa radiation des listes électorales compromettant ses chances de pouvoir se présenter à l'élection présidentielle de février 2019.

Karim Wade, fils et ministre de l'ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012) et candidat déclaré à la présidentielle, avait vu sa demande d'inscription sur les listes électorales rejetée le 2 juillet par le ministère de l'Intérieur, qui avait invoqué des dispositions du Code électoral privant de droits civiques toute personne condamnée à plus de cinq ans de prison.

Il avait été condamné en 2015 à six ans de prison ferme, à plus de 210 millions d'euros d'amende pour "enrichissement illicite" et à la confiscation de tous ses biens. Le verdict avait été confirmé en appel en août 2015, mais il a bénéficié d'une grâce présidentielle en juin 2016 et vit depuis à l'étranger, principalement au Koweït.

Son avocat veut explorer "d'autres recours"

Pour l'un de ses avocats, le député Madické Niang, l'arrêt de la Cour suprême n'exclut cependant pas Karim Wade de la course à la présidentielle.

"Nous avons d'autres recours mais nous n'allons pas les dévoiler ici", a-t-il affirmé à la sortie de l'audience. "Ce qui s'est passé aujourd'hui montre que le système judiciaire est du côté du pouvoir", a-t-il ajouté.

Début juillet, ses avocats avaient qualifié la radiation de Karim Wade de "manifestement arbitraire, illégale et contraire à la loi électorale".

Depuis l'accession au pouvoir de Macky Sall en 2012, l'État "s'attelle méthodiquement à violer" les droits de Karim Wade "dans l'unique but de l'empêcher d'être éligible à l'élection présidentielle", avait-ils alors estimé.

Les avocats de Karim Wade avaient fait valoir que la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), la juridiction spéciale qui l'a condamné, a expressément exclu dans sa décision la déchéance des droits civiques.

Jeudi matin, une autre juridiction, la cour d'appel de Dakar, a confirmé la condamnation à cinq ans de prison ferme pour escroquerie d'un autre ténor de l'opposition, le maire de Dakar Khalifa Sall.

Son entourage a immédiatement indiqué qu'il saisirait la Cour suprême pour faire invalider cette décision afin de pouvoir lui aussi se présenter à la présidentielle dans six mois.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.