Accéder au contenu principal

Les utilisateurs d'Uber pourront être bannis s'ils ont une trop mauvaise note

Le département américain de la Justice veut savoir si Uber à tenté de corrompre des officiels étrangers
Le département américain de la Justice veut savoir si Uber à tenté de corrompre des officiels étrangers Ted Aljibe, AFP

En Australie, les utilisateurs de l'application ayant une note en-dessous de quatre étoiles pourront être bannis d'Uber.

PUBLICITÉ

En Nouvelle-Zélande et en Australie, le leader du marché des VTC va tester la mise en place d'une note "éliminatoire" pour les passagers.

VOIR AUSSI : Uber s’associe avec l’U.S. Army, la NASA et plusieurs constructeurs aéronautiques pour créer les taxis volants du futur

Selon les nouvelles règles d'utilisation d'Uber, qui devraient être mises en place le 19 septembre prochain, les utilisateurs tombant sous une certaine notation pourront être éjectés de l'application.

Auparavant, seuls les chauffeurs pouvaient être interdits d'utilisation de l'appli en cas de comportements dangereux ou d'une note sur cinq étoiles trop faible.

U minimum de quatre étoiles sera nécessaire pour ne pas être bannis durant une période de six mois

 

Avec ses nouvelles community guidelines, Uber souhaite mettre sur un pied d'égalité les chauffeurs et les clients. Sur son site, l'entreprise explique ainsi que les chauffeurs "font plus que simplement conduire : ils partagent leur propre voiture, leur espace, leur temps et une partie de ce qu'ils sont avec les passagers" et qu'en conséquence, les passagers doivent faire preuve de savoir-vivre.

Comment et pourquoi un utilisateur pourra-t-il être interdit d'utiliser l'application ? Uber ne précise pas le nombre d'étoiles nécessaires pour continuer à utiliser l'appli mais note que plusieurs "preuves" du mauvais comportement des personnes devront être apportées pour que l'éjection soit effective. Mais la BBC affirme qu'un minimum de quatre étoiles sera nécessaire pour ne pas être banni durant une période de six mois. Sur les 2,8 millions d'utilisateurs du service en Australie, cela ne représenterait que "quelques milliers" de personnes affirme Susan Anderson, directrice générale d'Uber en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Cette nouvelle mesure, un brin drastique, pourrait-elle être étendue à l'échelle globale ? Uber n'apporte aucune réponse à cette question pour le moment.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.