Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 06/09/2018

"Les assassins souriants de Vladimir Poutine"

© France 24

A la Une de la presse, ce jeudi 6 septembre, l’identification par Scotland Yard des deux auteurs présumés de la tentative d’empoisonnement contre l’ex-espion russe Sergueï Skripal. Une nouvelle publication à charge contre Donald Trump, dont l’auteur serait un membre haut placé de sa propre Administration. Les élections de mi-mandat dans deux mois aux Etats-Unis. Et du foot.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

A la Une de la presse britannique, ce matin, les visages de deux hommes, présentés par Scotland Yard comme les auteurs de l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal.

 

«Les assassins souriants de Poutine», accuse The Daily Mail, avec une image extraite d’une vidéo de surveillance, montrant deux hommes bonnet et casquette vissés sur la tête, effectivement souriants et filmés à Salisbury le 4 mars dernier, dans la ville et le jour-même, où Sergueï Skripal et sa fille Yulia, ont été empoisonnés au Novitchok. D’après Scotland Yard, ces deux hommes seraient deux ressortissants russes, arrivés de Moscou sous les noms d’Alexandre Petrov et Ruslan Boshirov. Londres les accuse d’appartenir à l'agence de renseignements militaires russe GRU, le même service auquel a appartenu le colonel Skripal, avant de faire défection pour le MI-6 britannique. D’après The Guardian, Theresa May évoque une opération «télécommandée» par le Kremlin. Selon The Times, la Première ministre britannique promet de se «venger» de la Russie et aurait notamment ordonné que soit menée une cyberguerre contre les réseaux informatiques militaires russes.

 

La Russie nie toute responsabilité dans cette affaire depuis le début et dénonce une «manipulation de l'information» du gouvernement britannique. D’après Moskovski Komsomolets, Londres n’a pas demandé l’extradition des deux hommes, car la Constitution russe ne permet pas l’extradition de ses ressortissants, mais a émis un mandat d’arrêt contre les deux hommes, valable dans toute l’Union européenne. Le journal russe rappelle également que les accusations britanniques sont appuyées par Washington, qui a décidé de répliquer à l’affaire Skripal par une série de représailles économiques contre la Russie.

 

Aux Etats-Unis, justement, les ennuis médiatiques de Donald Trump n’en finissent plus. Au lendemain de la publication du brûlot du journaliste d'investigation Bob Woodward, un haut responsableanonyme de l'équipe de Donald Trump révèle dans The New York Times comment ses propres troupes seraient entrées en résistance contre lui - un texte intitulé «Je fais partie de la résistance au sein de l’Administration Trump», illustré par une infographie montrant une poignée d’hommes tentant de retenir l’Amérique au bord du gouffre – là où Donald Trump est accusé de la précipiter. S’il estime que «beaucoup des mesures (prises depuis son arrivée à la Maison-Blanche) ont déjà rendu l’Amérique plus sûre et plus prospère», cet auteur anonyme assure que «le cœur du problème est l’amoralité» du président, et son «comportement erratique», notamment en matière de politique étrangère, où il ferait peu de cas «des liens entre son pays et ses alliés et les nations à l’esprit semblable» à celui des Etats-Unis. Mais quelles sont réellement les motivations de cette source? The National Review s’interroge sur la cohérence entre le fait de faire partie d’une supposée «cabale secrète pour contenir le président», et le fait d’en révéler publiquement l’existence. «Quoi de mieux pour alimenter la paranoïa et le syndrome de persécution » de Donald Trump?», relève la revue ultra-conservatrice américaine.

 

Cette série de publications à charge contre le président américain intervient pile deux mois avant les élections de mi-mandat, du 6 novembre prochain. La Croix évoque des élections «cruciales», susceptibles de «changer le cours de la présidence de Donald Trump», qui tente tant bien que mal d’empêcher le raz-de-marée démocrate annoncé - un «défi» qui «cristallise les oppositions entre ses partisans et ses adversaires», selon le quotidien. Le Figaro annonce lui aussi «un scrutin de vérité», à l’enjeu «colossal» pour Donald Trump. «Si les deux premières années ont été conflictuelles, elles feront penser à un long fleuve tranquille en comparaison de ce qui l’attend si les démocrates reprennent le contrôle de la Chambre des représentants», écrit le journal.

 

En France, il est beaucoup question de la possibilité de mettre fin au «numerus clausus» dans les facultés de médecine. D’après Libération, le gouvernement réfléchit à la fin de ce principe, qui limite de façon drastique le nombre de places en médecine, et conduit à de très nombreux échecs du côté des étudiants - un système qui aurait «des conséquences sur tout le système de soins» français, selon Libé – qui voit dans la disparition du «numerus clausus» un élément parmi d’autres d’une «réforme plus globale» à mener de toute urgence.

 

Un mot de foot, pour terminer, avec la rencontre, ce soir, à Munich, entre la France et l’Allemagne. «Les héros sont de retour», annonce L’Equipe, qui parle d’une affiche prestigieuse», réunissant les champions du monde de 2018 et ceux de 2014, dans le cadre de la Ligue des nations, qui est une nouvelle compétition, prévue tous les deux ans, et dont le mode d’emploi détaillé est livré par le journal.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/09/2018 Revue de presse

Shinzo Abe, la passe de trois

À la Une de cette seconde revue de presse du vendredi 21 septembre : Shinzo Abe s’apprête à battre un record de longévité à la tête du Japon, un juge américain visant la Cour...

En savoir plus

21/09/2018 Revue de presse

"Theresa May humiliée"

La presse anglo-saxonne n’est pas tendre ce vendredi matin avec la cheffe du gouvernement britannique, après le sommet de Salzbourg et le rejet du Brexit "made by" Theresa May....

En savoir plus

20/09/2018 Revue de presse

"Un accueil saoudien royal pour Imran Khan"

Dans cette seconde revue de presse du jeudi 20 septembre : le nouveau Premier ministre pakistanais, dont le pays est englué dans une crise économique, a effectué son premier...

En savoir plus

20/09/2018 Revue de presse

Salzbourg au centre la scène européenne

Dans cette première revue de presse du jeudi 20 septembre : les 28 sont réunis - et divisés - à Salzbourg sur fond de Brexit et de crise migratoire. Les deux Corées réussissent...

En savoir plus

19/09/2018 Revue de presse

Avion russe abattu en Syrie : "un tragique concours de circonstances"

Dans cette revue de presse du mercredi 19 septembre, les commentaires des journaux russes et israéliens à propos de l’avion russe qui a été abattu lundi soir dans l’espace aérien...

En savoir plus