Accéder au contenu principal

Mostra de Venise : le Mexicain Alfonso Cuaron remporte le Lion d'or pour un film siglé Netflix

"Roma" raconte l'histoire de deux femmes de conditions sociales différentes dans le Mexico des années 1970.
"Roma" raconte l'histoire de deux femmes de conditions sociales différentes dans le Mexico des années 1970. Alberto Pizzoli, AFP

Le film "Roma" du réalisateur mexicain Alfonso Cuaron a remporté hier le Lion d'or à la 75e Mostra de Venise, offrant ainsi à Netflix, qui en est le producteur, son premier grand succès dans un festival de cinéma de renom.

PUBLICITÉ

La 75e Mostra de Venise a décerné samedi son "Lion d'or du meilleur film" au réalisateur mexicain Alfonso Cuaron pour "Roma", un film très personnel et émouvant tiré de ses propres souvenirs d'enfance.

Le jury du plus vieux festival de cinéma du monde, présidé par le Mexicain Guillermo del Toro, lui-même Lion d'or en 2017, a récompensé cette histoire de deux femmes de conditions sociales différentes dans le Mexico des années 1970.


"Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Liba, la femme qui a inspiré le rôle de Cleo [l'héroïne du film], ce sera un cadeau d'anniversaire", a déclaré Alfonso Cuaron en recevant son prix pour ce film distribué par Netflix.

"Ce prix est le témoignage de mon amour pour toi Liba, et pour mon pays", a ajouté le cinéaste oscarisé en 2013 pour son épopée spatiale "Gravity".

De l'avis des professionnels, l'attribution d'un Lion d'or à un film diffusé par Netflix marque une étape importante dans l'histoire des festivals (deux autres films en compétition étaient produits par le géant américain du streaming). "Neflix n'est pas la fin du cinéma, c'est la poursuite d'un processus qui a commencé il y a un siècle", a déclaré Guillermo del Toro.

Le Français Jacques Audiard distingué

La Mostra a attribué les prix d'interprétation masculine à l'Américain Willem Dafoe, qui campe un Vincent Van Gogh troublant de ressemblance dans "At Eternity's Gate" de l'Américain Julian Schnabel. Son équivalent féminin est allé à la Britannique Olivia Coleman, qui campe une Anne reine d'Angleterre entre humour et hystérie dans "The Favourite", du Grec Yorgos Lanthimos.

Le Lion d'argent de la meilleure mise en scène va au Français Jacques Audiard pour son premier western, "Les Frères Sisters" et le Prix du meilleur scénario aux Américains Joel et Ethan Coen, pour un autre western plein d'humour et d'ironie "The Ballad of Buster Scruggs".

La seule réalisatrice en compétition, l'Australienne Jennifer Kent, a reçu le Prix spécial du jury pour "The Nightingale", fresque violente pendant la colonisation britannique au XIXe siècle en Tasmanie.

Cette année, la Mostra de Venise, qui a lancé un appel pour sauver le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, en grève de la faim depuis le 14 mai dans une prison russe, n'a pas été épargnée par les polémiques. Celle concernant la faible représentation féminine dans la sélection (une seule réalisatrice contre 21 cinéastes) étant la plus récurrente.

La critique la plus dure est venue de Jacques Audiard, qui s'est dit "surpris" de ce déséquilibre, et a dénoncé l'absence de femmes à la tête des festivals de cinéma, de même que "l'opacité" au sein des comités de sélection.

Les dirigeants de la Mostra, comme d'autres patrons de festivals avant eux, ont signé une charte les engageant à plus d'égalité hommes-femmes et de transparence dans son organisation.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.