Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Erythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : divorce à l'amiable avec Bruxelles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"8, avenue Lénine" : le parcours du combattant d'une femme rom en France

En savoir plus

FOCUS

La minorité arménienne de Syrie se reconstruit à Erevan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Yémen : la guerre décryptée

En savoir plus

FACE À FACE

Le mouvement des "gilets jaunes", entre grogne civile et récupération politique

En savoir plus

L’invité du jour

Titouan Lamazou : "Aller à la rencontre de l'infinie diversité de l'humanité"

En savoir plus

Moyen-Orient

La province d'Idleb ciblée par une intense campagne de bombardements russes et syriens

© Amer Alhamwe, AFP | La localité de Hass a été visée par plusieurs frappes samedi 8 septembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2018

L'armée russe et les forces loyalistes du président Bachar al-Assad ont entamé ce weekend le pilonnage de la province d'Idleb, ultime bastion rebelle qui échappe au régime de Damas, un prélude attendu à une offensive annoncée.

L'aviation russe et les troupes du président Bachar al-Assad ont entamé ce weekend le pilonnage de la province d'Idleb, ultime fief rebelle dans la Syrie en guerre, un prélude annonciateur d’une offensive terrestre imminente.

La région a été frappée samedi par les raids aériens russes les plus "intenses" depuis un mois, au lendemain de l'échec d'un sommet tripartite entre Moscou, Ankara et Téhéran sur le sort de cette province.

Ces bombardements constituent une escalade, alors que le régime syrien et son allié russe menacent depuis des mois de lancer une opération d'envergure contre cette province du nord-ouest du pays, limitrophe de la Turquie, pays qui soutient les rebelles. Les Nations unies ont maintes fois mis en garde contre une "catastrophe humanitaire" qu'entraînerait une telle offensive, avec l'éventuel déplacement de 800 000 personnes, qui ne disposeraient plus cette fois d'un territoire où se réfugier.

Une cinquantaine de barils d'explosifs largués sur le secteur

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des dizaines de raids russes ont frappé samedi plusieurs localités du sud et du sud-est de la province d'Idleb. L'aviation syrienne a largué de son côté une cinquantaine de barils d'explosifs sur le secteur, en plus de bombardements intensifs à l'artillerie lourde, d'après la même source qui a fait état de la mort d'au moins neuf civils, dont deux enfants.

Le directeur de l'ONG, Rami Abdel Rahmane, a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait des raids "les plus intenses" dans le nord syrien depuis l'attaque menée le 10 août contre à Orum al-Koubra, ayant fait 53 morts, dont 41 civils.

Selon le correspondant de l'AFP, les raids aériens et frappes d'artillerie ont visé plusieurs localités, dont Khan Cheikhoun, Latamné et al-Tamania. Un hôpital souterrain situé aux abords de la localité de Hass a, en outre, été visé par une frappe ayant endommagé le bâtiment et du matériel.

Panique des habitants

Près du village d'Al-Mountar, la panique s'est emparée des habitants. Des femmes portant des enfants ainsi que des vieux se sont réfugiés dans un champ agricole à proximité par crainte d'une frappe, avant qu'un baril d'explosifs ne s'abatte sur le quartier résidentiel. Les bombardements ont provoqué des destructions et de nombreux dégâts dans plusieurs habitations.

"Nous subissons depuis ce matin des raids incessants", a déclaré à l'AFP Abou Hussein, un déplacé de la province de Hama, plus au sud, qui a trouvé refuge près du village d'Al-Abdine, dans la province d'Idleb.

"Des barils d'explosifs lancés par des hélicoptères ont atterri près de nous […]. Les avions continuent de survoler [le secteur]", a-t-il ajouté.

Depuis jeudi, des centaines de familles ont fui leurs localités dans le secteur sud d'Idleb. "La peur est immense parmi les habitants et le personnel médical", a affirmé à l'AFP à Genève le chef des services de santé de la province, Munzer Al-Khalil, disant "[craindre] la crise la plus catastrophique de notre guerre".

Divergences

Vendredi lors d'un sommet à Téhéran avec ses homologues iranien et turc, le président russe, Vladimir Poutine, a défendu le fait que le gouvernement syrien avait "le droit" de reprendre le contrôle de la totalité du territoire syrien. Il a rejeté la proposition d'Ankara d'un cessez-le-feu à Idleb, arguant qu'il n'y avait "pas de représentants des groupes armés autour de cette table" habilités à négocier un arrêt des hostilités.

La Russie et l'Iran, tous deux alliés du régime de Bachar al-Assad, et la Turquie ont ainsi échoué à surmonter leurs divergences, en convenant toutefois de continuer à "coopérer" en vue d'une solution pour éviter les pertes civiles.

Quelque trois millions de personnes, dont la moitié sont des déplacés, vivent dans la province d'Idleb et les poches insurgées des provinces voisines de Hama, Alep ou encore Lattaquié, selon l'ONU. Le conflit en Syrie a déjà fait plus de 350 000 morts et mis à la rue plusieurs millions de personnes.

Avec AFP

Première publication : 09/09/2018

  • Une semaine dans le monde

    Réunion tripartite sur la Syrie : pas d'accord sur une sortie de crise à Idleb

    En savoir plus

  • SYRIE

    Offensive imminente à Idleb, mise en garde contre les armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : le sort de la province rebelle d'Idleb entre les mains de Damas, Moscou et Ankara

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)