Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

"Qui va nous débarasser de cette terrible Première ministre ?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Carlos Alvarado : "Le Costa Rica a toujours été cohérent en matière d'environnement"

En savoir plus

L’invité du jour

Claire-Marie Le Guay : "La musique, c'est l'équilibre entre l'émotion et la pensée"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Nathalie Balla : "La Chine est un acteur majeur aujourd'hui, vous ne pouvez pas être hors de Chine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le prix des carburants à la loupe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : les opposants signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"We're in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des "gilets jaunes" : l'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l'univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l'actualité. Le samedi à 7 h 45.

Dernière modification : 10/09/2018

"Je suis prêt à voir Trump à l'ONU" : entretien exclusif avec Daniel Ortega

© France 24

Daniel Ortega, président du Nicaragua, a accordé un entretien exclusif à France 24, alors que son pays traverse une crise profonde depuis cinq mois. Le chef de l'État nicaraguayen nie avoir orchestré une répression meurtrière des manifestations et refuse les appels à des élections anticipées. Il dénonce à nouveau le rôle des États-Unis, mais se dit toutefois prêt à rencontrer prochainement le président américain, Donald Trump.

Dans un entretien exclusif accordé à France 24 à Managua, le président du Nicaragua, Daniel Ortega, nie avoir orchestré une répression meurtrière du mouvement de protestation qui secoue son pays depuis le 18 avril. En cinq mois, plus de 320 personnes ont été tuées dans les violences, selon les organisations de défense des droits de l'Homme. Le gouvernement nicaraguayen fait, lui, état de 198 morts.

Interrogé par Marc Perelman sur le récent rapport, accablant, du Haut-Commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU sur les violations des droits humains survenues au cours des manifestations entre le 18 avril et le 18 août, le président Ortega déplore "une infamie". Le rapport de l'ONU fait notamment état d'"exécutions extrajudiciaires", de "disparitions forcées" ou encore de "torture et mauvais traitements". Le président Ortega dénonce un "rapport politique" et affirme que l'organisme onusien est aux ordres de Washington. Il nie farouchement que la police ou des paramilitaires progouvernementaux aient commis des crimes, ajoutant qu'aucun policier ne fait l'objet d'une enquête.

>> Reporters : "À Masaya, bastion de l'insurrection au Nicaragua"

Le président du Nicaragua accuse par ailleurs les États-Unis d'avoir fomenté un "coup d'État" contre lui. Il affirme que la CIA a entraîné et financé des "groupes militaires" pour tenter de le renverser et ajoute qu’il n'exclut pas une intervention militaire américaine pour y parvenir. "Venant des États-Unis, on peut s'attendre à tout !", affirme-t-il.

"Respect des institutions"

Alors que des milliers de personnes ont à nouveau manifesté dimanche 9 septembre à Managua, la capitale, pour exiger la libération des "prisonniers politiques" et le départ du président Ortega, au pouvoir depuis 2007, le chef de l'État assure que la situation est normalisée. Il précise être en discussion avec l'ONU et des pays européens, comme l'Allemagne et l'Espagne, pour relancer un dialogue, qui est au point mort. L'ancien guérillero attaque au passage l'Église catholique nicaraguayenne, qui s'était posée en médiatrice, d'avoir pris le parti de l'opposition, l'accusant vivement d'être, elle aussi, aux ordres de Washington.

Le président Ortega, qui a déjà dirigé le Nicaragua entre 1979 et 1990, refuse les appels à organiser des élections anticipées avant la fin de son mandat en 2021 – principale demande des opposants – et n'exclut pas de briguer un nouveau mandat. "Des élections anticipées seraient graves pour le Nicaragua", affirme le chef de l'État, qui appelle à "défendre le respect des institutions".

Enfin, l'ancien guérillero annonce que pour la première fois depuis des années, il a l'intention de se rendre à l'Assemblée générale des Nations unies à New York, qui s'ouvre le 25 septembre, et se déclare prêt à y rencontrer le président américain Donald Trump. "Je pense que le principe de l'échange, du dialogue, entre une puissance comme les États-Unis et le Nicaragua, et plus généralement, toute l’Amérique latine, est nécessaire et incontournable", affirme Daniel Ortega. L'Assemblée générale de l’ONU "pourrait être une occasion", conclut-il.

>> Le Débat : "La fuite en avant d'Ortega"

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

16/11/2018 L'Entretien de France 24

Carlos Alvarado : "Le Costa Rica a toujours été cohérent en matière d'environnement"

Carlos Alvarado, président de 38 ans du Costa Rica, détaille sur France 24 sa vision de l'immigration, de la situation politique dans la région et du changement climatique. En...

En savoir plus

15/11/2018 L'Entretien de France 24

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

Depuis la Belgique, l'ancien président de l'Équateur Rafael Correa répond à France 24 en espagnol à propos des accusations dont il fait l'objet dans son pays, qu'il juge...

En savoir plus

14/11/2018 L'Entretien de France 24

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

Plus d'un mois après la confirmation houleuse du juge fédéral à la Cour suprême Brett Kavanaugh, l'un des doyens de l'institution répond à France 24. Nommé en 1994 par Bill...

En savoir plus

14/11/2018 L'Entretien de France 24

Ivan Duque sur le Venezuela : "Il est urgent d'isoler le tyran"

Le président colombien, Ivan Duque, a accordé une interview exclusive à France 24 et RFI. Il revient notamment sur la situation au Venezuela voisin, que nombre de Vénézuéliens...

En savoir plus

13/11/2018 L'Entretien de France 24

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

Présent à Paris pour le centenaire de l'armistice de 1918, Uhuru Kenyatta a accordé un entretien à Marc Perelman de France 24. Le président kényan s'est félicité de la...

En savoir plus