Accéder au contenu principal

Musulmans en Chine : Human Rights Watch dénonce des "détention arbitraires et massives"

La Chine compte quelque 10 millions de musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang.
La Chine compte quelque 10 millions de musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang. Greg Baker, AFP (archives)

Human Rights Watch (HRW) a alerté lundi sur la situation des citoyens chinois musulmans. Dans un rapport, l'ONG apporte "des preuves de détention arbitraire, de torture et deviolences" envers cette minorité, explique notre correspondant.

PUBLICITÉ

Human Rights Watch (HRW) accuse Pékin d'interner arbitrairement des citoyens musulmans dans des "centres de rééducation", sous couvert d'antiterrorisme. Dans un rapport publié lundi 10 septembre et fondé sur des témoignages d’ex-détenus, l’ONG affirme que la plupart de ces prisonniers seraient des Ouïghours ou des Kazakhs, les principales ethnies musulmanes du Xinjiang.

"(Les détenus) sont obligés de suivre des cours de chinois et de chanter les louanges du Parti communiste chinois (au pouvoir)", affirme HRW.

"Ce rapport montre de nouvelles preuves d’une campagne de détention arbitraire et massive, de torture et de violences à l’encontre de la communauté ouïghoure dans le Xinjiang", rapporte le correspondant de France 24, Charles Pellegrin.

La Chine a été accusée en août, devant un comité des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, de détenir ou d'avoir détenu un million de personnes dans ces centres. L'AFP n'est pas en mesure de confirmer ce chiffre.

Des attentats imputés par la Chine à des "séparatistes" ou des "terroristes" islamistes ont fait des centaines de morts ces dernières années dans le pays. La situation a conduit le gouvernement à durcir de façon draconienne l'encadrement des pratiques religieuses et les contrôles policiers dans la région.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.