Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : les signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"W'ere in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des gilets jaunes : L'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dix ans après sa mort, hommage à Youssef Chahine

En savoir plus

L’invité du jour

Simon Baker : "Le Brexit peut menacer la circulation des œuvres d’art en Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Rafael Correa : "Il y a un coup d'État en Équateur"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le TGV marocain "Al-Boraq", vitrine du savoir-faire français

En savoir plus

Amériques

Élections aux États-Unis : Trump signe un décret contre les ingérences étrangères

© Zach Gibson, AFP | Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 11 septembre 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/09/2018

Donald Trump a signé mercredi une directive présidentielle visant à protéger les élections américaines de toute ingérence extérieure en imposant des sanctions aux pays ou entités qui tenteraient d'influencer un scrutin.

À l'approche des scrutins parlementaires de novembre, le président américain Donald Trump a signé, mercredi 12 septembre, un décret pour sanctionner les interférences étrangères dans les élections aux États-Unis.

"Nous avons observé des signes, pas seulement de la Russie mais aussi de la Chine, et des capacités probables de l'Iran et même de la Corée du Nord", a expliqué le directeur du renseignement américain, Dan Coats. Le décret "ne vise aucun pays en particulier" puisque "la menace" peut venir de plusieurs endroits, et s'appliquera aux élections parlementaires du 6 novembre, a-t-il ajouté.

De multiples sanctions possibles

Dan Coats a précisé que l'"executive order" paraphé par le président donnait ordre aux agences américaines du renseignement de rechercher d'éventuels actes d'ingérence extérieure et de transmettre leurs informations aux départements de la Justice et de la Sécurité intérieure. Le texte prévoit une période de 45 jours après une alerte pour que les services de renseignement réunissent des preuves, puis octroie à nouveau 45 jours aux ministères de la Justice et du Trésor pour imposer des sanctions.

John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, a précisé lors de la même conférence de presse téléphonique que ces sanctions pourraient s'appliquer indifféremment pendant une campagne électorale ou après le scrutin. Elles peuvent couvrir le gel des avoirs d'une personne, l'interdiction d'investir dans une entreprise ou encore d'entrer sur le sol américain.

>> À lire : Trump veut la fin de l'enquête russe "avant qu'elle ne salisse plus le pays"

La réponse de Donald Trump à l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016 a été jugée timorée par l'opposition démocrate, mais aussi par certains élus républicains. Plusieurs parlementaires ont déposé depuis des propositions de loi pour renforcer les sanctions américaines si le scénario se répétait.

En signant son décret, le chef de l'État "montre qu'il prend le contrôle du sujet, qu'il s'en préoccupe beaucoup", leur a indirectement répondu John Bolton.

Selon les services de renseignement américains, le pouvoir russe a mené une opération concertée et planifiée pour influencer l'élection présidentielle de 2016 en faveur de Donald Trump, notamment à travers l'utilisation des réseaux sociaux et la diffusion de "fausses nouvelles". En mars 2018, l'administration américaine avait pris des sanctions contre 19 personnes et cinq entités dont les services de renseignement russe.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/09/2018

  • UNE SEMAINE DANS LE MONDE

    États-Unis : Trump en difficulté, le président en danger ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Que faut-il retenir de l'affaire Trump, Manafort, Cohen ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Paul Manafort, ex-chef de campagne de Trump, reconnu coupable de fraude fiscale et bancaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)