Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

EUROPE

Le Parlement européen déclenche l’article 7 contre la Hongrie pour non-respect de l’État de droit

© Frederick Florin, AFP | Viktor Orban lors de son audition devant le Parlement européen, le 11 septembre, à Strasbourg.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/09/2018

Le Parlement européen s'est prononcé mercredi, lors d'un vote, en faveur du lancement de la procédure de l'article 7 sur la violation des valeurs européennes par la Hongrie. Le pays s'expose à des sanctions de Bruxelles.

La rarissime procédure dite de l'article 7 est activée. Le Parlement européen a dénoncé mercredi 12 septembre la menace "systémique" contre les valeurs de l'UE en Hongrie, et demandé à l'Union de réagir en lançant cette procédure, le mécanisme le plus radical visant un pays bafouant les règles européennes. Elle a été adoptée par 448 contre 197 et 48 abstentions. La majorité requise était des deux tiers des suffrages exprimés.

La résolution transmise aux États membres liste les multiples violations de la démocratie et des droits de l’Homme constatées par les institutions européennes depuis l’arrivée au pouvoir en 2010 du Fidesz, le parti du Premier ministre Viktor Orban, s’agissant de l’indépendance de la justice, de la liberté des médias, de la liberté académique ou du sort fait aux migrants et à ceux qui leur portent assistance.

Viktor Orban, qui était soutenu par les groupes politiques d’extrême droite et eurosceptiques, avait été en revanche lâché par le Parti populaire européen (PPE), auquel appartient le Fidesz.

Les explications de notre envoyée spéciale

Violations des valeurs européennes

Le groupe n’avait pas donné de consigne de vote mais son président, l’Allemand Manfred Weber, qui est par ailleurs candidat à la présidence de la Commission européenne, avait dit qu’il voterait en faveur des sanctions.

Le Conseil européen doit lui-même se prononcer par une majorité des quatre cinquièmes de ses membres pour constater qu’il existe un risque de violation des valeurs de l’UE au sein d’un État membre et envisager les mesures à prendre.

C'est la première fois que le Parlement européen use de son droit d'initiative pour demander au Conseil (les États membres) de se prononcer sur la situation de l'État de droit d'un pays membre.

Avec Reuters

Première publication : 12/09/2018

  • HONGRIE

    Hongrie : en huit ans, Orban a mis le pays au pas et presque en marge de l'UE

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La Hongrie adopte la loi "Stop-Soros" qui pénalise les ONG aidant les migrants

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Hongrie : manifestations contre des fraudes électorales dénoncées par l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)